le Social

Comment travaillerons-nous demain ? L’avenir du salariat

jean jauresComment travaillerons-nous demain ? L’avenir du salariat

La question paraît incongrue lorsqu’on consulte les statistiques publiques dans les économies avancées. Dans tous les pays, le salariat demeure ultra-dominant au sein de la population en emploi. Mieux encore, globalement les travailleurs dont l’emploi principal est salarié n’ont jamais pesé autant depuis que les statistiques existent. Par exemple, d’après les données d’Eurostat, l’indépendance comme activité principale représente 14,1 % de l’emploi des 18-65 ans dans l’Union européenne, 14 % dans la zone euro en 2015 contre 14,6 % dans les deux cas en 2005.

Le constat est le même aux États-Unis ou au Japon où les proportions sont encore plus faibles. Plus précisément, les indépendants employeurs (par exemple un artisan boucher avec des commis) déclinent alors que la part des indépendants sans employé est relativement stable.

Cumul d’emplois 

Alors comment comprendre le discours sur la fin du salariat dans le sillage de l’économie collaborative ? Pourquoi circulent des chiffres affirmant que le tiers des Américains seraient désormais des freelances ? Ces derniers additionnent en fait toutes les catégories qui sortent de l’emploi salarié permanent à temps plein. On retrouve donc certes des indépendants, mais aussi des salariés à temps partiel, des salariés précaires et des cumuls d’emplois.

En Europe de l’Ouest, c’est justement sur le cumul d’emplois que l’on voit un certain impact de l’économie collaborative qui permet de réconcilier données agrégées et observation empirique de nouveaux jobs comme les sitters d’appartement (services de conciergerie pour la location de son bien via une plate-forme). Dans l’Union européenne à 15, le nombre de travailleurs cumulant un emploi secondaire comme indépendant (sans salarié) a progressé, selon Eurostat, de près de 400 000 entre 2010 et 2015, notamment chez les jeunes.

L’activité indépendante vient alors compléter une activité salariée insuffisamment rémunératrice et non s’y substituer. Avec respectivement 200 000 et 120 000 pluriactifs supplémentaires, Allemagne et France expliquent l’essentiel de ce mouvement, qui demeure toutefois marginal.

Lire l'article sur jean-jaures.org

 

ECRITS
Edith LAPERT parle dans son libre de la juste distance : pas trop près pour ne pas créer trop d'attachement et des dépendances mais assez prés pour rencontrer l'autre, travailler avec et avancer en co...
Le jeu 11/04/2018
Qu’est ce qu’une médiation éducative ? Prenons la définition étymologique de la médiation, nous trouvons en latin : « Mediatio Mediare » qui signifie : être au milieu de, s’interposer. En effet, l’act...
Ce stage au sein de l'Ato a pu me permettre de prendre conscience qu'il est important de comprendre et repérer les dynamiques institutionnelles, inter-institutionnelles et partenariales, afin d'accomp...
Ce travail de recherche et mes diverses expériences pratiques m’ont permis de nourrir et d’approfondir ma réflexion autour de l’accompagnement de la relation parent-enfant, et d’en tirer les points es...
A travers la situation que j’ai évoquée, j’ai essayé de démontrer que l’équipe ne savait pas quels outils utilisés pour accompagner une personne accueillie dans l’acceptation de sa maladie. Cependant,...