le Social
INFO

PREPA CONCOURS EJE
Qcm actualités avril 2018 09/05/2018
Panorama actualités sociales du 15 au 31 janvier 2018 19/04/2018
Qcm actualités mars 2018 04/04/2018
Quizz actualités sociales mars 2018 03/04/2018
Qcm actualités février 2018 20/03/2018
Quizz actualités sociales février 2018 15/03/2018
Qcm actualités sociales janvier 2018 15/02/2018

Les effets des dispositifs d’accueil et d’éveil des jeunes enfants sur leur développement cognitif et non cognitif

cairnLes travaux internationaux montrent que les structures collectives d’accueil de la petite enfance employant des personnels qualifiés favorisent le développement des aptitudes cognitives et non cognitives des enfants, au moins jusqu’à l’entrée dans le cycle d’éducation secondaire. La scolarisation précoce, telle qu’elle a été pratiquée en France jusqu’au début de la dernière décennie, a sans doute eu des effets similaires, en améliorant les aptitudes non cognitives des élèves entrant à l’école primaire et la progression des compétences cognitives jusqu’au collège.

Les débats français relatifs à la politique publique en faveur de la petite enfance ont, jusqu’alors, principalement porté sur les besoins d’accueil, tant en matière de développement de l’offre collective ou individuelle, de coûts et d’investissements publics que de disparités territoriales ou d’inégalités d’accès.

Cette focalisation s’explique par le souhait légitime, collectivement formulé, de mieux concilier la vie professionnelle et la vie familiale, mais aussi de permettre aux femmes d’accéder au marché de l’emploi dans de meilleures conditions.

Mais ces débats sur les moyens et la répartition de l’offre ont néanmoins fait passer au second plan une question pourtant centrale et qui, il faut bien le reconnaître, a été plus souvent mise en avant dans d’autres pays. Ainsi, en France, très peu d’études ont examiné les effets durables de l’accueil dans des programmes d’éducation et d’éveil sur le développement ultérieur, cognitif et non cognitif, des très jeunes enfants, ceux, par exemple, âgés de 3 ans ou moins.

Or, il semble bien que l’impact de l’accueil et de la scolarisation précoces sur les résultats scolaires peut être observé et mesuré au moins jusqu’à l’entrée au collège, mais aussi au-delà lorsque l’on considère l’insertion sur le marché du travail comme dans la vie sociale.

La question sous-jacente est de savoir à partir de quel âge les pouvoirs publics doivent intervenir dans l’accueil, l’éveil voire l’éducation des enfants. Une intervention précoce est-elle la plus efficace, la plus souhaitable ? Aux États- Unis, les interventions publiques en faveur de l’éveil et de la préparation à la vie scolaire des très jeunes enfants ont donné lieu à des expérimentations et à des évaluations dès les années 1960. Ce type d’interventions a été ensuite reproduit dans d’autres pays, le plus souvent en Europe du Nord. Par contraste, la France n’a consacré quasiment aucun moyen à l’évaluation de l’accueil des très jeunes enfants dans les différentes structures adaptées (crèche, école maternelle, jardin d’éveil, garde à domicile) sur leur développement ultérieur, cognitif et socioémotionnel, alors même que ce pays a longtemps fait figure d’exemple dans les possibilités d’accueil des très jeunes enfants, souvent dès l’âge de 2 ans, dans les écoles maternelles.

Denis Fougère, « Le plus tôt est-il le mieux ? Les effets des dispositifs d’accueil et d’éveil des jeunes enfants sur leur développement cognitif et non cognitif », Informations sociales 2016/1 (n° 192), p. 76-85.

Lire le rapport sur CAIRN

ECRITS EJE
Ce travail de recherche et mes diverses expériences pratiques m’ont permis de nourrir et d’approfond...
A travers ce dossier j’ai souhaité montré, dans un premier temps, que le bruit peut représenter une ...
Un résumé de texte sur la maternité
Questionnaire à choix multiples (20 questions) 3) N. Sarkozy a été élu président ? a) 5 b) 7 c) 9...
Un résumé de texte sur la maternité.