le Social

Mieux protéger et accompagner les enfants co-victimes des violences conjugales

hubertinePrincipales données et constats disponibles sur l’ampleur des violences conjugales subies par les enfants et leurs conséquences.

En France, en moyenne 143 000 enfants vivent dans un foyer où une femme a déclaré des formes de violences sexuelles et/ou physiques au sein de son couple. 42% ont moins de 6 ans. Deux sur trois vivent dans un foyer où les violences sont répétées. Il s’agit d’une évaluation qui ne concerne que les violences sexuelles et/ou physiques déclarées. Si on tenait compte des violences psychologiques (les plus répandues selon l’enquête ENVEFF), ainsi que du fait que de nombreuses violences restent sous-déclarées par les victimes, l’estimation du nombre d’enfants exposés aux violences serait beaucoup plus élevée.

La Fédération nationale solidarité femmes (FNSF) a estimé, à partir des chiffres de l’enquête ENVEFF, le nombred’enfants concernés par l’exposition aux violencesconjugales en France à 4 millions. Il est essentiel de considérer que « toute violence faite aux femmes estégalement une violence faite aux enfants ».

Dans 10 % des cas de violences conjugales recensés dans le rapport Henrion, les violences s’exerçaient aussi sur les enfants. Pour les enfants ayant une mère victime de violences conjugales le risque est 6 à 15 fois plus élevé d’être eux-mêmes directement la cible de ces violences.

Le fait d’avoir des enfants, notamment en bas âge, est un facteur de risque supplémentaire de violences conjugales.

En 2015, 36 enfants ont été tués dans le cadre des violences au sein du couple. 11 enfants sont décédésconcomitamment à l’homicide de leur mère et 25 ontété tués par le parent auteur de violences conjugales,sans que l’autre parent ne soit lui aussi tué.

83% des Franciliennes appelant le 3919 (Violences Femmes Info) ont des enfants. Plus de 90% des enfantsont été témoins directs des violences, et 20% ontété maltraités. 3% des Franciliennes appelant le 3919sont enceintes au moment de l’appel : la grossesse,l’adoption et la naissance d’un enfant sont des facteurs d’aggravation ou d’apparition des violences qui sont fréquemmentcités par les victimes.

Une nouvelle étude spécifiquement dédiée à l’impact des violences conjugales sur les enfants a été annoncée dans le 5ème Plan interministériel de lutte contre les violences faites aux femmes 2017-2019, dont les résultats seront disponibles en 2017.

En prenant en compte uniquement les dépenses de l’aide sociale à l’enfance et ceux liés aux décès des enfants, les coûts de l’incidence des violences au sein du couple sur les enfants sont évalués à 422 millions d’euros pour la société.

Lire le rapport sur centre-hubertine

ECRITS
Edith LAPERT parle dans son libre de la juste distance : pas trop près pour ne pas créer trop d'attachement et des dépendances mais assez prés pour rencontrer l'autre, travailler avec et avancer en co...
Le jeu 11/04/2018
Qu’est ce qu’une médiation éducative ? Prenons la définition étymologique de la médiation, nous trouvons en latin : « Mediatio Mediare » qui signifie : être au milieu de, s’interposer. En effet, l’act...
Ce stage au sein de l'Ato a pu me permettre de prendre conscience qu'il est important de comprendre et repérer les dynamiques institutionnelles, inter-institutionnelles et partenariales, afin d'accomp...
Ce travail de recherche et mes diverses expériences pratiques m’ont permis de nourrir et d’approfondir ma réflexion autour de l’accompagnement de la relation parent-enfant, et d’en tirer les points es...
A travers la situation que j’ai évoquée, j’ai essayé de démontrer que l’équipe ne savait pas quels outils utilisés pour accompagner une personne accueillie dans l’acceptation de sa maladie. Cependant,...