le Social

Educateur de la Protection Judiciaire de la Jeunesse

Le travail de l'éducateur PJJ

Au service des jeunes en danger

L'éducateur de la PJJ (protection judiciaire de la jeunesse) intervient sur décision judiciaire, principalement auprès de jeunes âgés de 10 à 18 ans, mis en danger par leur situation familiale ou par un parcours de vie chaotique. Il peut également travailler auprès de mineurs poursuivis ou condamnés par la justice.

Trouver des solutions

Ce professionnel participe aux enquêtes ordonnées par les juges des enfants. D'abord, il évalue l'environnement du jeune et son rapport à sa famille et à son milieu scolaire. Puis il élabore des solutions éducatives. En lien avec l'assistant de service social, le psychologue, le psychiatre..., il prépare ainsi les décisions des magistrats.

Initier un projet de vie

Si le jeune est maintenu dans son cadre familial (milieu ouvert), il faut le protéger tout en restaurant le rôle éducatif des parents. S'il est placé dans un centre d'éducation ou incarcéré (milieu fermé), l'éducateur l'accompagne vers un projet de vie. Il s'intéresse à sa santé, à sa scolarité, à sa future insertion professionnelle. Il l'aide à se construire, en lui fixant des repères et des objectifs.

Missions :

- d’évaluer la situation sociale et professionnelle du jeune, afin de pouvoir proposer des solutions appropriées aux magistrats ;

- de mettre en œuvre les mesures éducatives et l’exécution des décisions de Justice prises à son égard ;

- d’accompagner au quotidien, qu’il soit placé dans une structure PJJ, incarcéré ou qu’il reste dans un cadre familial ;

- de reconstituer des liens entre le jeune, sa famille et la société ;

- d’élaborer, avec lui, son projet éducatif constituant de réelles perspectives de réinsertion sociale, scolaire et/ou professionnelle.

Compétences requises

Humanité et fermeté

Constamment à l'écoute, l'éducateur de la PJJ s'efforce de redonner confiance aux jeunes dont il a la charge, par exemple en reconstituant les liens qui les unissent à leur famille et à la société. Il sait installer une certaine proximité tout en fixant des limites. Pédagogue, il transmet des valeurs essentielles, comme la non-violence et le respect de l'autre. Résistant au stress, l'éducateur sait affronter des situations délicates, surtout lorsque le jeune « replonge » à cause d'un vol, d'une fugue, de la drogue, d'un conflit…

Des qualités relationnelles

Pour évaluer une situation ou élaborer un projet éducatif, l'éducateur de la PJJ collabore avec des psychologues, des psychiatres, les services médico-psychologiques, les services sociaux, les établissements de formation… En parallèle, il entretient des relations étroites avec les magistrats. Psychologue, ce professionnel de l'éducation met tout en œuvre pour impliquer les parents dans la démarche d'insertion sociale du jeune.

Pédagogue et à l’écoute de ses interlocuteurs, l’éducateur aide le jeune à mettre en œuvre un projet de vie et de réinsertion sociale.

Humain et ferme, il doit constituer un repère stable et permanent pour le jeune en difficulté.

Spécialiste de la relation éducative, il aide le jeune à se rescolariser et/ou à déterminer des objectifs professionnels.

Rédacteur, il rend compte par écrit du travail éducatif effectué grâce à des notes et des synthèses destinées aux magistrats.

Homme de terrain, il a un goût prononcé pour le travail en équipe et fait preuve d’un bon sens de l’organisation.

Lieux d’exercice et statuts

Des structures publiques ou associatives

Ce fonctionnaire du ministère de la Justice exerce dans le cadre d'un mandat judiciaire, au sein de différentes structures publiques ou associatives : SIOE (services d'investigation et d'orientation éducative) ; SEAT (services éducatifs auprès des tribunaux) ; AEMO (services d'aide éducative en milieu ouvert) ; centres d'hébergement (foyers, centres éducatifs fermés, centres éducatifs renforcés, centres de placement immédiat…).

En milieu ouvert ou en foyer

En milieu ouvert, l'éducateur peut suivre parallèlement une vingtaine de jeunes. Il les rencontre régulièrement, ainsi que leur famille. En foyer, l'éducateur partage la vie quotidienne des mineurs. Il peut travailler de jour comme de nuit, y compris le week-end. Parfois, il assure des fonctions d'enseignement ou d'animation pédagogique.

En appui du juge des enfants

En amont et en aval de sa mission éducative, ce professionnel rédige des rapports d'investigation et des synthèses de suivi à l'intention des magistrats (juges des enfants). Il participe à l'application des mesures prises par jugement (réparation pénale, travaux d'intérêt général…).

Salaire

Le salaire net mensuel (base 2012) est de :

- en début de carrière, entre 1569 € et 1835 € selon les primes;

- en fin de carrière, entre 2416 € et 2683 € selon les primes.

Intégrer le marché du travail

Des concours sélectifs

On compte actuellement quelque 4 200 éducateurs de la PJJ en France. Fonctionnaires d'État, ils sont recrutés sur concours (sur titres ou sur épreuves). Le concours sur épreuves, très sélectif (de 3 à 6 % d'admis), propose moins d'une centaine de postes chaque année. Le concours sur titres offre 20 à 35 postes, et compte 40 à 50 % d'admis. Une fois diplômé, l'éducateur de la PJJ suit une formation de 2 ans, avant d'être affecté. La majorité des postes se situe dans les grands centres urbains (60 % en Ile-de-France, suivi de près par le département du Nord).

Débuts en « milieu fermé »

L'éducateur débute souvent en centre de placement. Après 4 années d'exercice, il peut accéder par concours interne au corps des directeurs des services de la PJJ. Après 10 ans de service public (dont 8 en tant qu'éducateur), il peut devenir cadre (chef de service éducatif, directeur d'établissement…) par concours ou promotion internes.

Epreuves des concours

Concours interne sur épreuves

Ce concours comporte une épreuve écrite d’admissibilité et deux épreuves orales d’admission.

L’épreuve d’admissibilité consiste, à partir d’un dossier de vingt pages au plus, en la rédaction d’une note ayant pour objet d’analyser une situation éducative ou familiale, d’en dégager la problématique et de proposer les solutions permettant d’y répondre. L’épreuve est destinée à apprécier les qualités de rédaction, d’analyse et de synthèse du candidat et à lui permettre de valoriser son parcours professionnel ou son expérience personnelle (durée : quatre heures ; coefficient 4).
Chaque candidat admis à concourir remet, au moment de l’épreuve d’admissibilité et au plus tard dans les quinze jours à compter du lendemain de cette épreuve, aux représentants de l’administration un document retraçant son parcours de formation et ses activités antérieures.
Chaque candidat déclaré admissible effectue, avant les épreuves d’admission, un stage d’observation d’une durée de cinq jours ouvrés dans un service du secteur public de la protection judiciaire de la jeunesse destiné à compléter sa connaissance des fonctions d’éducateur. Il remet un compte rendu de ce stage de trois pages au plus dans lequel il précise les enseignements qu’il en a retirés sur les fonctions d’éducateur et sur ses motivations à les exercer.

Les épreuves d’admission comportent :

1° Une épreuve de table ronde destinée à apprécier l’aptitude à la prise de parole, les qualités relationnelles et d’écoute du candidat. Elle consiste pour les candidats réunis face aux membres de jury à élaborer une réponse collective à des questions d’actualité dans le domaine social ou éducatif. Elle est suivie d’un entretien individuel avec un membre du jury (durée totale de l’épreuve : quarante-cinq minutes, dont trente minutes pour la table ronde et quinze minutes pour l’entretien individuel ; coefficient 2).

2° Une épreuve d’entretien avec le jury destinée à vérifier l’aptitude et la motivation du candidat à exercer les fonctions d’éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse. Pour conduire cet entretien, le jury dispose du compte rendu de restitution du stage défini dans l'arrêté d'organisation des épreuves et du document retraçant son parcours de formation et ses activités antérieures (durée : trente minutes ; coefficient 6).

Concours externe sur titres

Ce concours comporte une épreuve orale d’admission.

L’entretien avec le jury, prévu au II de l'article 3 du décret du 27 mars 1992, dure quarante-cinq minutes. Il a comme point de départ, en appui des éléments du dossier déposé par le candidat lors de son inscription, un exposé du candidat, d’une durée de dix minutes, sur sa formation et, le cas échéant, son expérience professionnelle.

Cet exposé est suivi d’un entretien avec le jury au cours duquel le candidat est interrogé sur un cas pratique concernant les missions du service public de la protection judiciaire de la jeunesse l’amenant à formuler des éléments de réponse et des propositions d’action. L’entretien permet en outre d’apprécier les connaissances générales du candidat en matière de politique du traitement de la délinquance des mineurs et ses qualités de réflexion, et de vérifier ses aptitudes et sa motivation à exercer les fonctions d’éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse.

Concours dit « 3e voie »

Le concours comporte une épreuve écrite d’admissibilité et deux épreuves orales d’admission dont une épreuve d’entretien qui s’appuie sur un dossier de reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle.

L’épreuve d’admissibilité consiste, à partir d’un dossier de vingt pages au plus, en la rédaction d’une note ayant pour objet l’analyse d’une situation éducative ou familiale, d’en dégager la problématique et de proposer les solutions permettant d’y répondre et permettant au candidat d’utiliser son parcours professionnel ou son expérience personnelle. Elle est destinée à apprécier les qualités de rédaction, d’analyse et de synthèse du candidat ainsi que son aptitude à dégager des solutions pertinentes (durée : quatre heures ; coefficient 3).

En vue de la seconde épreuve d’admission, le candidat établit un dossier de reconnaissance des acquis de son expérience professionnelle comportant les rubriques mentionnées dans l'arrêté d'organisation des épreuves, qu’il remet au service organisateur à une date fixée dans l’arrêté d’ouverture du concours.

Le dossier est transmis au jury par le service gestionnaire du concours après l’établissement de la liste d’admissibilité.

Les épreuves d’admission comportent :

1° Une épreuve de table ronde destinée à apprécier l’aptitude à la prise de parole, les qualités relationnelles et d’écoute du candidat. Elle consiste pour les candidats réunis face aux membres du jury à élaborer une réponse collective à une situation de travail de groupe dans le domaine social ou éducatif. Elle est suivie d’un entretien individuel avec un membre du jury (durée totale de l’épreuve : quarante-cinq minutes, dont trente minutes pour la table ronde et quinze minutes pour l’entretien individuel ; coefficient 2).

2° Une épreuve d’entretien avec le jury visant à apprécier la personnalité, les aptitudes du candidat ainsi que sa motivation à exercer les fonctions d’éducateur et à reconnaître les acquis de son expérience professionnelle. Pour conduire cet entretien qui a pour point de départ un exposé du candidat sur son expérience professionnelle, le jury dispose du dossier constitué par le candidat en vue de la reconnaissance des acquis de son expérience professionnelle (durée : trente minutes pour la préparation, dix minutes pour l’exposé suivies de trente minutes pour l’entretien ; coefficient 4).

Accès au métier

L'éducateur de la PJJ peut être recruté par le biais d'un concours sur titres – s'il est déjà titulaire du DE (diplôme d'État) d'éducateur spécialisé – ou via un concours sur épreuves – s'il justifie d'un niveau bac + 2 (DUT – diplôme universitaire de technologie carrières sociales, par exemple). En réalité, les candidats au concours sur épreuves ont au moins un bac + 3.

Après réussite au concours, le candidat suit une formation rémunérée d'une durée : 2 ans.

Contenu :

la formation statutaire est organisée en deux phases. La première année est axée sur les enseignements théoriques et les stages pratiques; la seconde année est consacrée au stage de mise en situation professionnelle et à l'approfondissement de certains modules théoriques.

Temps de formation rémunéré : 1 157 € la première année et 1 187 € la seconde (nets mensuels).

Formation continue :

lors de ses deux premières années d’exercice comme titulaire, l’éducateur PJJ effectue une formation continue obligatoire d’une durée de 20 jours. Et tout au long de sa carrière, dans le cadre d’un droit à la formation continue de 10 jours par an, il peut et doit adapter et perfectionner, ses connaissances et sa pratique.

Les professionnels du secteur suivent régulièrement des stages de formation professionnelle pour le maintien et le développement de leurs compétences. Vous pouvez retrouver des actions de formations sur le site : http://www.apaho.fr/

Plus de renseignements sur l'éducateur PJJ :

La direction de la Protection judiciaire de la Jeunesse (DPJJ)

Direction de la Protection judiciaire de la Jeunesse
Ministère de la Justice et des Libertés
13, place Vendôme
75042 PARIS Cedex 01

Les neuf directions inter-régionales

DIRPJJ Grand-Nord
172, rue de Paris - Bât. central - 3e étage - 59014 LILLE Cedex
Tél.: 03.20.21.83.50 - Fax: 03.20.21.83.69
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

DIRPJJ Grand-Est
109, boulevard d'Haussonville - CS 14109 - 54041 NANCY Cedex
Tél.: 03.83.40.01.85 - Fax: 03.83.40.00.17
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

DIRPJJ Grand-Ouest
6, place des Colombes - CS 20804 - 35108 RENNES Cedex 3
Tél.: 02.99.87.95.10 - Fax: 02.99.36.53.14
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

DIRPJJ Ile-de-France/Outre-Mer
14, rue Froment - 75011 PARIS
Tél.: 01.49.29.28.60 - Fax: 01.49.29.28.65
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

DIRPJJ Centre
12, boulevard Carnot - Imm. "Le Richelieu" - CS 27051 - 21070 DIJON Cedex
Tél.: 03.45.21.50.00 - Fax: 03.80.28.73.18
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

DIRPJJ Sud-Ouest
8, rue Poitevin - BP 942 - 33062 BORDEAUX Cedex
Tél.: 05.56.79.14.49 - Fax: 05.56.81.34.79
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

DIRPJJ Centre-Est
75, rue de la Villette - BP 73269 - 69404 LYON Cedex
Tél.: 04.72.33.06.40 - Fax: 04.72.33.68.61
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

DIRPJJ Sud-Est
158A, rue du Rouet - 13295 MARSEILLE Cedex 08
Tél.: 04.96.20.63.40 - Fax: 04.91.79.20.30
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

DIRPJJ Sud
371, rue des Arts - BP 57160
31 671 LABÈGE CEDEX
Tél.: 05.61.00.79.00 - Fax: 05.61.00.79.29
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L'Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ)

Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse
16, rue du Curoir - 59100 Roubaix
Tél. 03 59 03 14 14
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les Pôles territoriaux de formation (PTF)

BORDEAUX (Sud-Ouest)
Imm. Atalante - Rue André Lavignolle - 33520 BORDEAUX
Tél.: 05.56.37.64.62
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

DIJON (Centre)
Imm. L'Empire - 20, bld des Gorgets - 21000 DIJON
Tél.: 03.80.43.17.23
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

LYON (Centre-Est)
75, rue de la Villette - BP 3065 - 69395 LYON Cedex 03
Tél.: 04.72.91.27.90
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

MARSEILLE (Sud-Est)
7, impasse Sylvestre - BP 88 - 13381 MARSEILLE Cedex 13
Tél.: 04.91.70.47.27
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

NANCY (Grand-Est)
201, avenue Pinchard - 54100 NANCY
Tél.: 03.83.93.36.60
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

PANTIN (Ile-de-France)
41, rue Delizy - 93692 PANTIN Cedex
Tél.: 01.41.83.60.29
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

RENNES (Grand-Ouest)
20 rue du Puits Mauger - 35000 RENNES
Tél.: 02.99.27.72.80
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

ROUBAIX (Grand-Nord)
16, rue du Curoir - 59100 ROUBAIX
Tél.: 03.59.03.13.50
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

TOULOUSE (Sud)
7, rue des Arts - BP 318 - 31313 LABÈGE Cedex
Tél.: 05.62.24.77.40
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

ANTILLES-GUYANE
18, rue Ernest Desproge - 97200 FORT-DE-FRANCE Cedex

Tél.: 0596.73.04.36
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

RÉUNION-MAYOTTE
55, rue du Bois de Nèfles - 97400 SAINT-DENIS-DE-LA-RÉUNION

Tél.: 0262.21.70.11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.