le Social
Bienvenue! Veuillez vous identifier ou vous inscrire.
. | MESSENGER | METTRE EN FAVORIS
  Ecrits >> Fiche de lecture >> Educateur spécialisé >> L’unité de la psychologie – Daniel Lagache
Daniel Lagache (1903 – 1973) est d’abord agrégé de philosophie (même promotion que Sartre entre autres), puis médecin, puis psychiatre et se forme à la psychanalyse (ç’est un profil plutôt classique d’après mes connaissances en matière de psychanalyse). Il est proche de Jacques Lacan (même parcours). Nommé professeur de psychologie à la faculté des lettres de Strasbourg, après avoir participé avec Lacan à l’élaboration du tome VIII de l’Encyclopédie française consacrée à la psychologie, sous la direction d’Henri Wallon, il a pour « soucis » de « chercher comment (…) enseigner une psychologie scientifique qui fût en même temps une psychologie concrète de l’homme aux prises avec d’autres hommes ». Il crée donc deux certificats, de psychopathologie et de psychologie appliquée, qui serviront de modèle à la licence nationale, reconnaissance institutionnelle de la psychologie, créée en 1947, année également de son élection à la chaire de psychologie générale de la Sorbonne à Paris. La psychanalyse fait son entrée avec lui à l’université. Son « soucis » est bien de dispenser un enseignement qui rassemble tous les courants : de la psychologie expérimentale (scientifique) à la psychologie sociale (homme aux prises avec d’autres hommes), en passant par la psychologie clinique (concrète). L’objectif de cette première leçon, développée dans le chapitre 2 du livre actuel est bien de convaincre de la nécessité de l’existence d’une psychologie clinique, et de réunir les concepts de la psychologie expérimentale et de la psychologie clinique, dont la psychanalyse, dans l’enseignement de base du métier de psychologue. La dédicace « au professeur Henri Piéron », fondateur de la psychologie scientifique en France, de la part d’un psychanalyste peut sembler étrange sachant que sous la direction d’H. Piéron de 1912 à 1945, la revue du début du siècle « L’année psychologique » mentionne à peine la psychanalyse et passe sous silence les publications allemandes tout comme celles de la « Revue française de psychanalyse » (Gaëtane Chapelle).

La psychologie est l’étude de la conduite humaine (au sens large) en tant que résolution d’un conflit résultant de l’adaptation d’un organisme à son milieu. Soit ! Il n’en reste pas moins que, la complexité et l’unicité inhérentes à cet objet d’étude nécessitent chacune d’adopter des stratégies d’investigation et des perspectives variées qui se complètent. Pour moi, chaque théorie, chaque méthode représente un angle d’attaque, un point de vue, une perspective. Elle a ses limites mais a l’intérêt d’illustrer un ou plusieurs concepts. Pourquoi insister autant sur l’unité de la psychologie ? N’est-elle pas évidente ? Est-ce que chercher à expliquer le comportement humain sur tous les plans ne vise pas aussi à mieux le comprendre ? Et pourquoi mieux le comprendre si on n’utilise pas cette compréhension au moins pour aider, voire soigner. Lorsque j’entrevois la multitude des interactions internes et externes et la diversité des combinaisons de construction possible tout au long du développement d’un individu, comment ne pas en tirer la conclusion que la personne qui se tient devant moi est unique, qu’elle est le résultat de ses expériences vécues dans un environnement donné, de ses apprentissages, le point de départ de son évolution future et qu’elle seule peut dire ses expériences, sa représentation du monde de là où elle est, sa problématique… Tout comme moi. Personne n’échappe à cette loi générale : tous pareils et tous différents. Pourquoi en irait-il autrement de la psychologie créée par l’homme ? J’ai encore tellement à découvrir pour satisfaire ma curiosité que je n’ai aucune envie d’adhérer sans réserve à un dogme quel qu’il soit pour exclure toutes les autres théories. Et puis d’ailleurs je ne sais toujours pas si ma motivation m’entrainera jusqu’au titre de psychologue… La dualité entre psychologie expérimentale et psychologie clinique bien que traduisant des conceptions et des méthodes différentes n’exclue pas l’unité au sein de la connaissance psychologique en évolution et en cela, le programme de la licence de psychologie est le garant d’une culture professionnelle de base.

Vous devez être inscrit pour continuer
Continuer

*** Reseau LeSocial.fr ***