le Social
Bienvenue! Veuillez vous identifier ou vous inscrire.
. | MESSENGER | METTRE EN FAVORIS
  Ecrits >> Fiche de lecture >> Educateur spécialisé >> Une malvoyante ouvre les yeux d'une voyante : Monique Bélanger, Hervé Rutkowski
Description : J’ai choisi ce livre car il relatait la vie de personnes malvoyantes et non voyantes. Ayant travaillé pendant un peu plus de trois mois avec des enfants touchés par une déficience visuelle, il me paraissait intéressant de voir le vécu de personnes adultes. De plus, après avoir lu certaines critiques, ce livre m’est davantage apparu comme une sorte de témoignage des auteurs plutôt qu’un livre théorique. De ce fait, la lecture de ce livre me faisait envie. Il n’est pas facile de se mettre à la place des personnes et j’avais envie, à travers cet ouvrage de savoir ce qu’était la vie quotidienne des non voyants. De plus, il n’y a que peu de livre sur ce handicap, tout du moins, peu de livres non théoriques.

Extrait : Lors de mon premier stage de découverte, j’ai travaillé dans une CLasse d’Intégration Scolaire auprès d’enfants âgés de 9 à 10 ans touchés par une déficience visuelle ; Wilfrid, Pierre et Coralie. Celle-ci ne les empêchait pas d’aller à l’école et de s’instruire comme les autres enfants. La classe était aménagée pour les recevoir. Il y avait des tables inclinées, un télé-agrandisseur, des lampes de bureau pour chacun, des loupes, des livres et les photocopies en grands caractères. Cette première expérience auprès de cette population m’a beaucoup apporté. En effet comme Hervé Rutkowski le dit, dans une relation que ce soit au niveau amoureux ou amical, il n’est pas facile de trouver sa place. Personnellement, au début de mon stage, j’ai peiné à laisser Wilfrid faire des choses toutes simples. Par exemple, lorsqu’il devait faire des collages, je lui mettais la colle sur les vignettes et il n’avait plus qu’à me dire où les mettre. Mais aussi pour les recherches sur Internet, il me dictait les mots-clés et c’est moi qui les tapais. Ce n’est qu’avec plus de recul que je me suis rendu compte que je ne lui rendais pas service. Il ne s’en plaignait pas, bien au contraire, lui qui aimait qu’on s’occupe de lui, avec moi il était servi !

Vous devez être inscrit pour continuer
Continuer

*** Reseau LeSocial.fr ***