Blog : News

La communauté des travailleurs sociaux se retrouvent sur Les forums du Social depuis plus de 20 ans pour échanger sur les concours, le métier, le diplôme, la formation, la sélection, le salaire, la carrière, les débouchés, la profession, etc.
Avatar de l’utilisateur
Po3m
Messages : 147
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Blog : News

Message non lu par Po3m » 05 sept. 2019 09:27

Image

Je suis sur les autres planches mais un aperçu de la 1ère dont les couleurs seront finalisées plus tard (la mise en couleurs se fait "après" la réalisation des planches) mais je voulais partager cette étape intermédiaire.

PS : je crois que "quelqu'un" s'amuse à faire grimper mon compteur de visites "inutilement" et je trouve ça regrettable.

Avatar de l’utilisateur
Po3m
Messages : 147
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Blog : News

Message non lu par Po3m » 05 sept. 2019 18:17

Petit "Hors Sujet" :

Les "mésaventures" d'une amie, dirons-nous (parce que oui, il m'arrive de connaître des amies, ne faites pas les étonnées !)...

Affaire AESH.
Embauchée semaine à 19h et semaine à 20h, une semaine / 2. Au collège.

Alors, comme c'est un mi-temps (les postes à plein temps n'existent pas encore, les cdi non plus), entre deux il peut y avoir 1h par ci et par là "à ne rien faire" vu que c'est dispatché sur la journée. Donc, pas des heures de boulot, nous sommes bien d'accord. Des "heures personnelles", hors contrat, donc.
Première journée aujourd'hui. On lui glisse comme ça dans le couloir (genre "pas le temps") à la va-vite (genre "je suis pressé" je te dis le truc et je me barre) : que durant ces heures (non payées, donc) qu'elle fera du secrétariat................ puis vite vite vite je me sauve viiiiite !!! (Genre le droit de réponse : DTC !)...

Bouche bée, sur le coup, prise par surprise, c'est le cas de le dire. Elle n'a pas eu le temps de "dire ouf" que l'autre était déjà barrée. "Mais bien sûr, et la marmotte..." pensa-t-elle. Alors d'une, le boulot est payé 600€ (en gros)... deux : les heures supplémentaires non payées.

Alors, dans un boulot, tout le monde a connu ça, faire davantage d'heures et parfois non payées. Là n'est pas le problème.
Non, le léger souci, c'est lorsque c'est un emploi précaire, non reconnu (pas de cdi, un mi temps à 600€, pas de perspective d'évolution pour le moment et cette amie à bac+2 enfin c'est un détail), et qu'on te demande "genre sur un ton normal" parce que c'est tellement normal : de bosser EN PLUS gratuitement... tu te penches bien en avant, tu poses les mains de chaque côté sur tes fesses, et tu ouvres bien... et là, ils y vont A SEC !!!! Et c'est qu'ils t'engueuleraient presque pour un peu !!!

Lorsqu'arriveront "ces fameuses heures" où l'on attend d'elle donc de jolies courbettes :
elle va les envoyer bouler... je la connais, ça va être un vent force 12 au moins...

La suite au prochain numéro. Ou bien les mésaventures d'autres "amis"...

Avatar de l’utilisateur
Po3m
Messages : 147
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Blog : News

Message non lu par Po3m » 10 sept. 2019 22:26

Image

Pour ceux (les 2 ou 3) qui suivent...

Il manque quelque chose à ajouter. Indice, à propos des personnages. C'est quoi ?

Pour le moment je ne sais pas ce qu'il y a à gagner (oupssss)...

Avatar de l’utilisateur
Po3m
Messages : 147
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Blog : News

Message non lu par Po3m » 16 sept. 2019 21:59

Image

"Graphiste 2019 au plus proche des besoins de chacun. Avatar personnalisé fait main (ou vectorisé) pour votre communication à tarif très accessible. La draw touch produit un réel effet pour créer avec votre public ou vos clients une marque et lien de sympathie."

>>> C'est à l'étude.
Ca demandera un certain "temps" pour vraiment entrer en production.
Il y a l'étude de marché,
La création de ma communication prospective (et ça prend du temps),
La prospection elle-même...

Alors l'avatar (ici sous sa forme "statique") sera décliné sous plusieurs formes, chacun ayant une tarification propre.
Il n'y aura pas uniquement l'avatar comme service mais c'est un levier pour amorcer l'activité.

Je ne sais pas si je dois fournir mes estimations ici. Ca correspondrait à un mi-temps pour moi, avec un revenu de mi-temps mais ça me permettrait donc de développer d'autres travaux à côté (un temps crucial et vital pour moi). J'essaie juste de trouver "le bon compromis" pour ne plus dépendre directement du RSA et basculer peut être dans la perception du revenu d'activité (ou soyons fou peut être pas certains mois si "je gagne trop" ah ah !) soyons fous...

L'avatar ci-dessus n'est qu'un "petit exemple". Je pense proposer plusieurs "styles visuels" possibles, selon les goûts de chacun. Les "portraits" plus réalistes seront possibles, mais au tarif évidemment plus élevé (puisque ça demanderait davantage de temps).

Ma cible n'est pas "le particulier", évidemment. Mais les acteurs "semi-pros" et "pros" des réseaux sociaux.

Je ne sais pas si ce genre de "projet" serait "recevable" dans le cadre du Contrat d'Engagement Réciproque (vous vous imaginez bien que je m'en contrefiche et que je développe mes projets malgré tout), je trouve regrettable et déplorable de ne pas avoir de soutien, en fait (localement parlant) au sein du dispositif RSA (qui ne se limite qu'au "contrôle"... et c'est tout !!!) Enfin... on se débrouille comme on peut.

Le Pôle Emploi, j'en parle ? Non ? Ok ! Vous avez raison. RAS de ce côté là.

Il se peut que je passe par "un agent" pour faciliter la prospection.
On peut croire ou se dire que ça "taille dans le budget" mais faut pas le voir comme ça. Car tout seul, ça risque d'être difficile. Si on me ramène du client, ça peut développer mon activité.

Alors je parle de "client", "agent", "tarif" mais croyez bien que cela repose sur à la fois mon savoir-être, mon savoir-faire, ma réelle motivation, mes passions, et que je me sens investi dans ma mission. Autrement dit, je pense agir "pour les bonnes raisons". Je pense m'éloigner de la "communication visuelle classique" (en Print) pour faire essentiellement du graphisme web (dont la colorimétrie et fichiers seront de toute façon exploitables en Print).

PS : mais oui je continue ma BD.

PS 2 : mais oui je reprendrai le développement de mon jeu vidéo.

PS 3 : mais oui je... :P

Ah ah je t'ai eu ! :lol:

Avatar de l’utilisateur
Po3m
Messages : 147
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Blog : News

Message non lu par Po3m » 18 sept. 2019 19:39

Bonjour,

Juste un "trait de réflexion".
Au sein du dispositif RSA, il faut créer un sentiment de sécurité.
Pourquoi créer le fait d'être insécure ? Cela produit tout son effet contraire au résultat attendu. Cela créé du "mal être" et c'est paradoxal parce que l'on finit par renvoyer la personne vers un psy, voire vers un CMP. ET ? Le fait est que lorsque la personne "s'en sort" ou est en bonne voie : ne changeons rien surtout ! Continuons à taper !

Pourquoi ?
Je connais quelques éléments de réponses.
C'est à la fois social, philosophie et (surtout) politique. Cela découle de croyances humaines profondes.
Le fait qu'une personne ne se bouge qu'en la "menaçant", en la positionnant dans une "situation précaire", en menant un "chantage".
Tout ça sous la forme d'un "contrat d'engagement réciproque".

Où est la réciprocité de cet engagement ?

Il est reconnu par les plus grands experts que la menace et une politique de sanction(s) ne fonctionnent pas (preuves comptables et sur le terrain).
Pire, peut s'avérer être dangereux parce que la personne en face se sentant "prise au piège" RISQUE de réagir VIOLEMMENT.
Ce qui est "normal", puisque cette personne ingère de la violence (le système, le "dispositif" : est violent).

Ce n'est pas en regardant chez certains pays à la situation plus déplorable que la nôtre que l'on grandit.
Ce n'est pas en regardant chez le plus petit que soi que l'on grandit puisque l'on se conforte dans l'idée et la croyance que nous sommes meilleurs.
Ce n'est pas ainsi que la France a évolué dans son histoire. Parce que si nos aïeuls avaient agi de la sorte, il n'y aurait pas eu "d'histoire de la France".

C'est en regardant plus grand, c'est en admettant "nos" fautes, c'est en se posant les bonnes questions et en agissant mieux que l'on grandit.
Il faut "considérer l'échec", non pas uniquement du côté du bénéficiaire, mais du côté du dispositif (composé d'un ensemble "de partenaires sociaux" conseil départemental, pôle emploi,... pour ne citer que les principaux) et faire évoluer cette politique d'engagement "dit" réciproque en plaçant le bénéficiaire non pas en périphérie mais au coeur du projet, ce bénéficiaire devenant alors Partenaire à part entière et acteur de Son projet !

Je viens de me "reposer" et voilà ce qui m'est venu à mon réveil.

Un "exercice" bien connu en rhétorique consiste à "démonter" sa propre pensée (auto-critique), je pratique cela. Cela permet de prendre conscience que notre pensée n'est pas la vérité, et permet aussi de développer plusieurs points de vue et de les confronter. Mais ce "jeu" a des limites. Seulement, certaines personnes (qui appartiennent je dirais à une "certaine sphère sociale" manquant de "l'expérience du terrain" pour dire les choses poliment) ne font que "jouer" et ne se confrontent pas suffisamment aux situations réelles et vécues sur le terrain. Les (en)jeux intellectuels ne sont pas davantage la vérité et les politiques étant surtout articulées par des acteurs dotés de "croyances" (en dépit des connaissances, toujours "limitées" et limitantes), cela crée des "bulles idéologiques" puissantes, institutionnalisées et dont une bonne part des professionnels du social s'en trouvent (malgré eux) instrumentalisés (autant "pris en otages" que le bénéficiaire lui-même). Malgré vos discours, vos réunions "multi-disciplinaires", vos partenariats officiels, l'essentiel n'est pas pris en compte. Le bénéficiaire n'est pas pleinement considéré parce qu'il n'est pas (dans l'inconscient collectif) considérable. Parce qu'il est de par sa situation "discrédité" (même si je conviens que "chaque bénéficiaire" est un cas particulier, c'est vrai. Mais la situation globale est préoccupante et dans une certaine mesure demande réellement "de penser et d'agir autrement" dans un monde qui se transforme : c'est vrai aussi).

En vous souhaitant la bonne soirée.

Répondre