Pour être notifié de nouveaux messages, entrer dans un forum puis cliquer sur "S'abonner au forum" (+ infos)

Burn Out

La communauté Educateur Spécialisé se retrouve sur Les forums du Social depuis plus de 20 ans pour échanger sur les concours, le métier, le diplôme, la formation, la sélection, le salaire, la carrière, les débouchés, la profession, etc.
Cla-ra
Messages : 1
Inscription : 27 janv. 2020 17:02

Burn Out

Message non lu par Cla-ra » 27 janv. 2020 17:14

Bonjour,

Je suis diplômée Es depuis 2018.
Je travaille depuis maintenant un an et demie dans un foyer pour adolescents, et 7 ados entre 15 et 18 ans.

La structure est très dysfonctionnante, gros turn over, conflits entre équipe et direction.

Depuis quelques mois, je suis en difficulté face aux groupes actuels. Et pour cause: j'ai fais un camp qui s'est extrêmement mal passé avec le groupe de jeunes en novembre. Peu de réponses, pour ne pas dire aucune sanction pour les jeunes accueillis, le groupe est en toute puissance depuis ce camp, voir même avant. Et je n'arrive plus à faire face à ces jeunes qui m'ont vu edtrement fragilisé durant ce camp et qui ont su en jouer. Je suis essoufflée.
Durant les congés que j'ai pu avoir depuis, je n'ai pas forcément pris de recul car en colère contre les dysfonctionnements, contre la hiérarchie presque absente, contre la toute puissance du groupe,...
En rentrant d'une semaine de vacances début janvier, j'ai passé la semaine à venir la boule au ventre, angoissée au travail, je pleurais devant mes collègues, et j'étais en miroir avec les jeunes, je n'arrivais plus à faire face, toutes leurs attaques, je les prenais en plein cœur,...
Je suis donc en arrêt depuis trois semaines aujourd'hui, d'après ma thérapeute (je suis en thérapie depuis deux ans, et je trouve ça génial avec le travail que je fais), je faisais un début de burn out, ce qui est compréhensible vu la structure dans laquelle j'exerce.

Je suis jeune professionnelles, des projets plein la tête mais j'ai tellement peur de ne pas être capable de reprendre le travail.

J'aimerais savoir si des personnes sont passées par là, et si oui, comment avez vous fait pour reprendre le dessus.

Gael
Messages : 5
Inscription : 23 janv. 2020 11:35

Re: Burn Out

Message non lu par Gael » 29 janv. 2020 15:36

Hello,

Tout d'abord, je tiens à te dire que tu es courageuse d'avoir osé en parler.
Ce que tu dis est tellement troublant que j'ai l'impression d'entendre parler de la boîte où je travaille... :/

Je suis actuellement en arrêt également pour dépression. Ça fait des années que je bosse dans l'éducation et s'il est bien une chose que j'ai apprise :
Les institutions donneront toujours le dernier mot aux mineurs ou presque car l'enfant dans notre pays est surprotégé et dispose de privilèges royaux. De plus, il est plus simple de remplacer un éduc ou de le laisser partir à la noyade plutôt que d'avoir à rendre des comptes devant l'aide sociale à l'enfance et autres partenaires "éducatifs" bien pensants.

L'éduc est un outil, le jeune une matière première. Quand l'outil est abîmé, on le change. C'est cru mais vrai. Ajoute à ça toute la complexité des personnalités adultes responsables souvent ambivalentes et tu auras un cocktail explosif. Il faut ouvrir les yeux, les éducs qui travaillent avec passion ont des rêves, les directeurs et chefs de service sont depuis longtemps passés au-delà du rêve. Il faut être fort et faire ce qu'il faut pour s'en sortir soi-même, avec les moyens dont on dispose seulement, sans jamais oublier qu'on a qu'une seule vie...

NATTIE
Messages : 84
Inscription : 11 déc. 2017 07:41

Re: Burn Out

Message non lu par NATTIE » 06 avr. 2020 00:21

Bonjour

Je me reconnais beaucoup dans tes écrits, je suis AMP en EHPAD et actuellement en arrêt maladie depuis 1 an !! Je me suis complètement écroulée physiquement, des douleurs du dos pas possible, une hypertension, un malaise en pleine rue il y a un an.... un surmenage, une impression de surplace, un désintérêt pour mon travail alors que jusqu’à maintenant j’étais très motivée par celui-ci, une souffrance au travail.
Je reconnais les mêmes mécanismes de mon Burn-out non lié intrinsèquement aux résidents mais à la pression d’un manque de personnel , d’un Turnover incessant sans que la direction ne s’en émeuve ( ironie) , une ambiance délétère entre collègues, des cadres inflexibles et arrogants pour mieux cacher leur incompétence et leur manque de ressource. Je rajouterai à ces problématiques un non sens dans un accompagnement où je ne pouvais même plus discuter avec l’usager, une forme d’auto-mécanisme dans les gestes de prise en charge comme si je travaillais dans une usine d’humains et dégradation de plus en plus flagrante de nos conditions de travail ( en sachant que rien ne peut être idéal mais qu’il y a quand même des limites à notre éthique professionnelle) !!
Aujourd’hui mon moral est meilleur, mes soucis lombaires sont toujours d’actualité mais moins importants et je souhaite changer de public sans trop m’illusionner mais j’aime mon métier , on peut s’engager heureusement dans notre secteur avec bien des publics et qui sait si dans une association sympa, je trouverai ma place 💚

Oleas
Messages : 1
Inscription : 14 oct. 2020 14:28

Re: Burn Out

Message non lu par Oleas » 14 oct. 2020 15:29

Bonjour à tous(tes),

Cela fait 30 ans que je travaille dans ce qu'on appelle l'enfance inadaptée, arrivant en fin de carrière , je peux constater les dégâts occasionnés par des directions actuelles , leurs préoccupations sont plus d'ordres budgétaires à la recherche de la moindre erreur , à pousser les salariés à la démission ,à la faute professionnelle ,à l'arrêt maladie et j'en passe , j'ai observé ce virage à partir des années 2000 avec les lois qui ont suivi 2002,2005,2007.... Le bons sens est à l'arrêt ,parlons des compétences et des diplômes à qui ont fait croire à tous ces futurs professionnels qu'ils sont " brillants" l'éducateur spécialisé le graal de l'action sociale , à cette phrase de Ferand Deligny qui disait " les éducateurs les plus éfficaces , ne sont pas les plus spécialisé" c'est encore vrai de nos jours.
A aimer ce métier pour aider accompagner ,écouter, avoir de la bienveillance pour ces "usagers" cela interroge , ce n'est pas ce travail là qui en cause , mais tout ce qui gravite autour ,une direction pathogène qui abîme ce métier ,malveillante et nuisible aux éducateurs que nous sommes ,mais il faut se battre face à ces gens qui ont une méconnaissance du terrain ,qui préfère se terrer derrière leurs écrans et être hermétique aux propositions du terrain.
L'enfance inadaptée n'est que l'ombre d'elle même avec des analyses simplistes par des donneurs d'ordre qui sont aux antipodes de la réalité et des besoins.
Le métier a changé , des difficultées dans la prise en charge au quotidien se sont accumulées , manque de moyens financiers et humains , l'action sociale court à sa perte dans les années à venir.
Les aveux d'une directrice d'établissement fait réfléchir " que votre travail soit bien fait ou pas ,qu'elle importance , vous êtes payé pareil" no comment.

chamce
Messages : 215
Inscription : 03 mai 2018 15:54

Re: Burn Out

Message non lu par chamce » 16 oct. 2020 23:22

""Charte d'éthique professionnelle de l'éducateur spécialisé ...www.educaide.fr › charte-dethique-professionnelle-de-l'éducateur spécialisé
13 janv. 2015 — aux titulaires du diplôme d'État d'éducateur spécialisé dont les conditions ... par le code pénal sur la part d'informations qu'il détient, comprend, .

1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES
1.1. Dans le présent document, le terme ÉDUCATEUR / ÉDUCATRICE SPÉCIALISÉ(E) est défini
comme suit par l'Association :
« Professionnel qui intervient auprès de personnes ou de groupes de personnes de tout
âge connaissant ou étant susceptibles de connaître des difficultés d’adaptation variées
dans le domaine de la santé mentale, des services sociaux et de l’éducation. L’éducateur
spécialisé évalue et accompagne une personne ou un groupe de personnes au travers
des situations de la vie quotidienne, de la relation éducative et de la relation aidante et
au moyen de techniques d’observation et d’intervention. »


1
1.2. Son rôle consiste à observer et à évaluer les besoins, les capacités, les habitudes de vie
et les comportements de personnes en difficulté d’adaptation psychosociale.
L’éducateur spécialisé peut aussi procéder au dépistage, à l’estimation, à la détection
ainsi qu’à l’appréciation de troubles non diagnostiqués. Il doit aussi évaluer le risque
suicidaire et la dangerosité que présente une personne en situation de crise. Il consigne
les données au dossier et rédige les rapports d’évolution en employant la méthode
désignée par son organisation.
1.3. L’éducateur spécialisé a l’obligation de déterminer un plan d’intervention pour chaque
client qui lui est confié dans le cadre d’un processus d’intervention planifié.
1.4. Le terme « client » est défini de la façon suivante :
« Une personne qui utilise des services professionnels en éducation spécialisée et qui a
des objectifs de développement psychosocial. » (...)

NATTIE
Messages : 84
Inscription : 11 déc. 2017 07:41

Re: Burn Out

Message non lu par NATTIE » 17 oct. 2020 00:59

Bonsoir,

Votre témoignage d’éducatrice confirmée réaffirme ce que j’ai aussi constaté au fil et à mesure des années....
Des cadres de plus en plus acharnés sur du non-sens dans nos pratiques mais semblant remplir le cahier des charges et -débrouillez-vous sur le terrain mais surtout pas d’embrouilles - !!!

J’ai aussi trouvé que certaines jeunes recrues sont très formatées par certains centres de formation dans un but d’aliénation c’est à dire sans jamais remettre en place l’ordre soit disant établi, de bons petits soldats à la solde du chef mais certainement pas à l’écoute et dans l’éthique des fondements de nos métiers, La solidarité, L’écoute et le Respect !

Et ne parlons même pas de Bien-être car cette notion vu nos conditions de travail de plus en plus difficiles draconiennes et drastiques , les dernières années heureusement que je trouvais ma soupape avec les usagers-clients !!

Moi aussi une cadre m’a reproché mon trop de rigueur dans mon travail car elle aurait aimé le boulot approximatif alors que déjà j’avais l’impression de bâcler bien des accompagnements par manque de temps, par manque de solidarité et de compassion entre collègues , par des organisations dysfonctionnelles .....ect

Oui le monde médico-social part à la dérive et ce virus actuel va raviver les problématiques rencontrées et nous en ressortirons très meurtris dans nos pratiques si nous n’unissons pas nos combats pour défendre nos valeurs humaines et non des mots brandis par des cadres sans fondement juste pour faire jolis sur les projets institutionnels !!

Merci pour votre message !
Dernière modification par NATTIE le 18 oct. 2020 01:17, modifié 1 fois.

chamce
Messages : 215
Inscription : 03 mai 2018 15:54

Re: Burn Out

Message non lu par chamce » 17 oct. 2020 16:39

et oui, ainsi va le monde du travail. je l'ai découvert à mes dépends en exerçant le métier de surveillante d'internat dans un bahut privé où régnait une ambiance de travail exécrable, des collègues laxistes et sympathisants avec les petits caïds, les conditions d'hébergement des internes étaient aussi inacceptables. Le directeur fermait les yeux sur ce désastre. Il avait choisi son camp en soutenant aveuglément mes collègues laxistes. J'avais découvert au fil des années que les internes n'avaient aucune obligation de respecter le règlement dans le dortoir respectif de mes collègues. L'une d'entre elle était en plus d'être surveillante, la responsable de l'internat qui avait pour missions comme le font les CPE dans le public de "contrôler" la qualité du travail du personnel de surveillance !! Au fil des années, l'effectif des internes fut en chute libre, les dortoirs fermèrent les uns après les autres. La soit-disant responsable de cette baisse du nombre des internes était la surveillante qui faisait respecter le règlement de l'internat dans son dortoir. C'était moi, la méchante aux yeux de beaucoup d'internes, d'enseignants, de parents, du personnel OGEC et de la direction. La décision fut prise par la direction : je devais démissionner. Le moyen, le plus simple, se passer le mot, m'harceler quotidiennement en faisant appel aux internes volontaires sous la direction de la responsable de l'internat.. Des années d'harcèlement moral qui se sont amplifiées les dernières années avant que je me décide de porter plainte. J'avais même alerté le comité d'entreprise ( la réponse écrite dans le petit cahier : le règlement intérieur est interprétable !!), un professeur syndiqué .(...) j'ai craqué psychologiquement et aujourd'hui je ne veux plus exercer ce métier. Comme j'ai porté plainte contre ce gros bahut qui se trouve dans une petite ville, des gens à l'esprit revanchard quand ils ont l'occasion cherchent à me nuire même la police locale s'y est mise !!

chamce
Messages : 215
Inscription : 03 mai 2018 15:54

Re: Burn Out

Message non lu par chamce » 18 oct. 2020 16:30

La fondatrice du ....., bahut pour lequel je travaillais, a été à la tête d'une communauté de sœurs chargées des écoles locales et de la visite des malades. Un siècle plus tard, création d'une structure pour accueillir les femmes malades mentales puis quelques années plus tard des aliénés. Cette institution catholique ( école et hôpital psychiatrique ) existe depuis plus de 300 ans.

J'ai oublié de vous narrer comment se sont passées mes premières années dans ce bahut. Après avoir été recrutée, il y a très longtemps, je découvre très rapidement le fonctionnement de la vie scolaire un peu anarchique. Je suis étonnée et déstabilisée par ce fonctionnement qui est à l'opposé de ce que j'avais connu dans le public pour le soit-disant même poste. Il faut que vous sachiez que les directeurs sont indépendants .ils ne dépendent d'aucune administration "La complexité résulte en effet de la superposition de multiples niveaux de responsabilité, héritage d’une histoire singulière : droit civil et droit pénal, droit administratif et droit ecclésiastique organisent ainsi une structure dont la complexité est telle et l’équilibre si fragile que l’on ne peut guère imaginer qu’une refonte d’un ensemble qui mériterait quelques clarifications afin de poser en droit et en fait de façon incontestable les responsabilités des uns et des autres" la réglementation qui existe dans les établissements de l'Education Nationale (cf code de l'éducation) n'est pas la même que celle du privé !!!
J'ai eu des problèmes avec ma hiérarchie et avec certains de mes collègues à ce sujet. (je ne développe pas). De plus, les conditions d'hébergement étaient terribles. L'hiver, je ne pouvais pas dormir parce que le radiateur de ma chambre claquait toutes les nuits. Le problème selon le chauffagiste était insolvable(...) Ce supplice chinois me fit perdre la tête. Je ne pouvais pas mettre de boules quiés pour dormir car je devais entendre les éventuels bruits de chahut dans mon dortoir et réagir rapidement pour rétablir le calme. Les nuits passèrent, je ressentais des douleurs dans les membres inférieurs et supérieurs. J'avais décidé de porter plainte. Ma direction l'apprit et visiblement était décidé à me stopper dans mes démarches.. Moi, de mon côté, je maigrissais, je devenais irritable, je sentais que je glissais dans le fon du gouffre. Un soir, en plein service, je me laissais tomber de tout mon corps dans le self où je distribuais le goûter aux internes. Ma chef avertie par un cuisinier qui préparait le repas du soir me rejoignit au self . J'étais toujours allongée, sans bouger.. Arrivée, à côté de moi, elle se pencha sur moi, prit les clés de mon appartement qui étaient dans l'une des poches de mon pantalon y glissa un objet. je restais sidérée ... Je découvris à l'hôpital qu'elle avait glissé dans ma poche, une tablette vide de doliprane.. L'infirmière qui était de garde avait mes clefs.. C'est l'une des infirmières du service qui me remit les clés en mains propres. Après avoir passé une heure voir plus, à l'hôpital, je rentrais chez moi à pied, les flics passaient en voiture dans la rue, à proximité de moi. Arrivée chez moi, je découvre que quelqu'un est venu dans mon appartement des livres ont été posés sur mon lit, un pansement utilisé jonche le sol du couloir... Je ne comprends pas, j'ai peur. Je me demande s'ils ont fait un double de mes clés... Tout s'écroule sous moi. J'essaie de me ressaisir. Les jours passent.. je ne dors plus, je ne mange plus. Ils ont réussi à me détruire psychologiquement. J'appelle ma mère au secours.. Je lui raconte tout. Elle ne me croit pas, en parle à mon médecin qui la conseille de me faire interner. Comme je ne voulais pas me retrouver dans les murs de l'HP de la ville de peur de nouvelles représailles de la part de ma direction, elle décida de faire les démarches pour que je sois dans un autre HP proche de sa ville. ...Je me suis entêtée à rester dans ce bahut car je voulais exercer le métier de surveillante.. J'aimais mon travail quand je travaillais dans le public. Aujourd'hui, je ne veux plus l'exercer.. J'ai trop souffert...

j'ai découvert, à mes dépends que pour durer dans certaines boites, il faut être prêt à balancer les collègues, faire appel à ses relations, fayoter, être dans les petits papiers du patron ,subir et ne rien dire même si on a raison, pas forcément bien exercer son travail. Le patron a ses préférences parmi ses salariés !! Certains patrons aiment diviser pour atteindre leur but : régner, entourés de leur cour, se préoccupant peu de bafouer les droits des salariés

baleste
Messages : 203
Inscription : 04 janv. 2018 13:08

Re: Burn Out

Message non lu par baleste » 19 oct. 2020 18:01

Sans aucune méchanceté et sans plaisante, le plus sérieusement du monde je te conseille de consulter.
Tu ne peux plus te pourrir la vie comme ça.

baleste
Messages : 203
Inscription : 04 janv. 2018 13:08

Re: Burn Out

Message non lu par baleste » 19 oct. 2020 18:02

sans plaisanteR, à l'infinitif, bien sûr...

Répondre