Page 1 sur 1

(Dé)Valoriser votre image professionnelle Aksis

Publié : 24 mars 2020 00:20
par Po3m
Un enfant dans le monde meurt de faim toutes les 5 secondes, 60% des espèces animales ont DEJA disparu... dans ce monde anxiogène, je me suis pris en main.

Coup de Gueule !

Les "fais ce que je dis pas ce que je fais" j'ai connu. Les "conseilleurs mauvais payeurs" aussi. Toi aussi Pôle Emploi te prends pour un con en te plaçant sur de l'occupationnel chez des tierces prestataires qui ne font qu'empocher les subventions ? Toi aussi on t'a pris pour du jambon en (dé)valorisant ton image professionnelle sur un coin de table à travers des propos humiliants ? ("Je n'aime pas votre domaine > et alors je suis sensé aimer le vôtre ?") ("Votre tête ne passe pas en entretien, même par webcam > Tu as vu ta tête, vieille bique ?") ("On dirait un Geek > Renseigne toi un peu, l'informatique est PARTOUT, dans TOUS LES secteurs, pas de ma faute si tu n'es pas compétente") ("Il ne faut pas rêver > Et si je te disais que je t'emmerde ? Tu l'as vu mon cul ?")...

Valoriser votre image professionnelle chez Aksis = de la merde...
Prestation bouche-trou dite occupationnelle où l'on te fait jouer aux légos, où l'on t'apprend à te tenir droit sur une chaise avec un balai bien calé dans le fondement, où l'on t'apprend à accepter des petits boulots sans avenir dans des secteurs dits "en tension" et où surtout il ne faut pas négocier et tout accepter sans broncher.

Vous l'aurez compris, dans mon cas il y a eu une petite erreur d'aiguillage...
Aksis empoche 1000€ / tête envoyée par Pôle Emploi pour ne pas se faire respecter ? Mais fuck !

Les DRH à la carrière ratée qui se rattrapent aux branches et jugent les gens envoyés par Pôle Emploi comme des déchets à recycler : passez vos nerfs sur les vrais responsables et laissez les gens croire en leur projet et leur vie !

A bon entendeur.



Je crois ! En un monde meilleur. Mais en attendant je crache encore ma colère... dont à vrai dire je ne sors pas.

De ma colère, je ne sors pas de ma colère. Mais je ne sors pas non plus rassurez vous, je reste bien confiné. Mais je vous assure, sincèrement il y a un avant et un après cette dernière prestation chez Aksis réalisée en avril 2019. Depuis, j'ai envie d'en prendre une pour claquer sur l'autre et d'une force toujours aussi prégnante...

Aussi, j'aimerais faire appel à un/une psy... une, je dirais que je préfère. Oui mais voilà, ce n'est pas facile de tomber sur la bonne personne et quand tu es catalogué "fou" : bon courage ! A part le CMP hein... oui mais non... voilà voilà. J'ai mes raisons... je ne suis pas complètement con. Et pas si fou que ça non plus hein... pas plus que la moyenne sinon que je suis humainement faillible comme tout être humain. Certes, mon cas est complexe mais merde j'ai bossé ! J'ai avancé...

Je suis malheureusement atteint d'un trouble assez important... qu'on range dans ce qu'on peut appeler une "phobie sociale", et les conséquences envers autrui ne vont pas sans quelques heurts à chaque fois que je tente de refaire surface. Parce que je suis quelqu'un de "différent" mais qui ne se présente pas ainsi dans la vie. Je ne dis pas "Bonjour je suis phobique social" (ce n'est pas écrit sur mon front) ou encore je ne dis pas "Bonjour je suis un haut potentiel" en bref je garde tout ça sous silence et je trouve ça "nooooormaaaal" (le mot qui tue lol) ici peut être que je peux me laisser un peu aller.

Sur le social, je suis un peu comme sur mon rocher. A l'intérieur, peut être, en creux.
Un peu comme si je me sentais dans un espace plus chaleureux où je me sens parfois lu, probablement pas compris mais ce n'est pas si grave.

Pour vous, votre situation du confinement, pour moi c'était ma réalité durant quelques années.
Et si je vous parlais de cette réalité là ? La mienne ? Et si cela vous permettrait de relativiser la votre, de condition présente ?
Et si... grâce, ou bien à cause de cet état de fait, cela "nous" permettrait de nous rapprocher, de créer un pont ? Quelque chose ?
Je ne suis qu'un parmi vous, comme tout à chacun, un parmi tous les autres.

Je vis très bien la situation du confinement et ça m'attriste un peu de le réaliser. Bien que réellement j'ai profondément changé et évoluer, dans un sens pas trop trop mauvais on va dire... donc, encore exploitable. Si je devais raconter mon histoire, oui j'avoue, ça ferait peur... on pourrait même se demander comment je fais pour avoir la tête encore si saine, au bout du compte. Et c'est un peu mon message, je ne suis peut être pas dans une vie tout à fait équilibrée, mais quoi ? A fortiori, mon cerveau fonctionne et physiquement... hey hey heeeeeey je suis en forme baby ! (rires) il me manque juste le sport en chambre et je suis bon ! Non sincèrement, j'en suis passé par quelques moments pas choupis on va dire, mais je suis encore là. Je viens ici déverser un peu de ma folie, un peu de mon trop plein, beaucoup de mon gâchis...

Le confinement, disais je...
C'est tout une histoire. Je vais peut être me laisser aller à te raconter des choses.
Mon histoire ? Je n'aurai pas cette prétention. Mon échec, assurément.
Je vais peut être te dire comment il est possible de se vautrer à se point dans la vie.
Ce n'est pas grave, hein... je sais bien qu'au fond, voilà, même moi ça ne va pas m'empêcher de dormir, quoi. C'est vrai...
Je "crise" dans mes états les plus lucides, et puis ça retombe, tu comprends... si tu es psy, oui tu comprends probablement.
Alors tu as le droit d'être psy "tout ce que tu veux" hein...
Bien que j'aimerais te préciser que je sais distinguer chaque spécialité et donc leur signification respective.
Ce n'est pas le plus important. Pour moi ce qui compte, c'est la part d'humanité qui se trouve en chacun.
Juste une chose, la technique c'est nécessaire, oui. Bien sûr. Mais ça ne fait pas tout. Je pense qu'un bon psy, c'est un bon peintre...
Tu vois ? Il va plus loin qu'une approche strictement scolaire de sa formation (je l'espère et lui souhaite, de toute les façons), l'approche technique et ne faire que "traiter la pathologie" et point... ce n'est pas trop ma tasse de thé comme école. Tu comprends ? Bien. Si ça te parle, ouais peut être qu'on peut se parler, ou en tout cas, tu serais alors plus apte à me lire... on va dire.

Ne crois pas que je vis reclus hein, c'est une époque passée, mais j'ai encore du chemin à faire.
Il y a un plafond de verre que je n'arrive pas à briser et cela me porte encore trop préjudice "en société" et surtout dans ma tentative d'évolution professionnelle... j'en souffre, bien évidemment. Sinon je ne serais pas ici à l'écrire.

Bien sûr, une pensée inévitable pour vous tous, personnels soignants, mais aussi professeurs pour beaucoup, policiers et tous sans distinction mue par la volonté de faire corps dans un mouvement de résistance raisonnable, d'où que vous soyez et qui vous êtes, je vous remercie de tout mon coeur d'encourir actuellement les risques les plus élevés pour secourir les plus fragiles d'entre nous. Cela pourrait être toi, ou moi, il ne faut pas sous estimer ce danger même si les plus fragiles seulement sont réellement concernés par un risque de mortalité, risque très faible pour la grande majorité d'entre nous.

Je dirais, sans du tout être alarmiste ou fataliste, absolument pas mon intention, que d'un point de vue systémique, il y a probablement un lien fort avec la planète que l'on malmène et l'industrie alimentaire, en particulier le (mauvais) traitement animal et toutes les cochonneries que l'on nous a habitué à ingérer. Je n'entrerai pas, je vous rassure, pas plus loin sur ce terrain là. Car démontrer et prouver ici n'est ni de mon niveau, ni de mes compétences. Je suis juste réaliste... et pas trop bête. Il va nous falloir nous habituer à cette "nouvelle ère" qui s'annonce, et ça ne va pas être tout rose. Entre les migrations massives qui sont prévues pour les années à venir, et les risques de conflits majeurs... ça va nous toucher... très concrètement... et de façon irrésolument matérielle. J'espère que nous sommes très nombreux à en être conscients... faites vous à l'idée que ce que nous connaissons aujourd'hui, vos enfants le perdront définitivement si le choix d'un monde meilleur, réellement meilleur, n'est pas pleinement voulu, choisi, et assumé.

Paix et crois fort en tes rêves...

Re: (Dé)Valoriser votre image professionnelle Aksis

Publié : 07 mai 2020 17:34
par Po3m
https://www.dailymotion.com/video/x4y085i

Vidéo très instructive lors d'un Cash investigation à propos de Pôle Emploi et notamment Aksis.

Alors pour info, depuis les choses n'ont pas évolué. Activ'créa (n'existe plus) c'était idem, et valoriser votre image pro, pas mieux.

Les noms changent, pas la méthode.

Re: (Dé)Valoriser votre image professionnelle Aksis

Publié : 09 mai 2020 15:11
par NATTIE
Bonjour,
Dans tous vos mots, je me suis quelquefois identifiée... La phobie sociale c’est ma caractéristique et le confinement c’est aussi quelque chose que je vis normalement, c’est ma carapace dans laquelle je me régénère face à l’hostilité que je ressens souvent des autres !! Mais une fois que j’ai affirmé cela, je n’ai rien dit car nous sommes tous différents et chacun se croit différent des uns des autres et probablement que cela est véridique....
Je comprends votre texte et me sens proche de celui-ci avec mon histoire, mes ressentis et mes observations . Actuellement je me remets en question sur mon rapport à l’autre et ma problématique serait mon trop plein de bonne volonté, ma trop grande générosité qui me ferait défaut dans mes relations !!!
La situation actuelle ne révèle que nos incapacités à nous humaniser réellement et notre punition bien méritée, si j’ose le dire est aujourd’hui révélée dans cette distanciation sociale !!
Le monde d’Avant où l’épée Damoclès est toujours suspendue sur nos têtes où toutes les prédictions sont en cours, le monde d’Après pour nos enfants plus catastrophique peut-être peut-être pas, malgré tout je reste optimiste et les catastrophes migratoires massives ne restent que des hommes se déplaçant....!!!!!!

Re: (Dé)Valoriser votre image professionnelle Aksis

Publié : 20 mai 2020 19:22
par Po3m
Bonjour,
Merci pour votre retour sur ce que j'ai pu partager.
Mon message principal ici, outre les difficultés personnelles propres à chaque individu, est de dire que les dés restent pipés chez Pôle Emploi et leurs partenaires. Perso j'ai pris la décision de ne plus accepter les prestations "occupationnelles" qui ne mènent nulle part sinon "au pire" à recevoir le mépris d'agents/consultants je dirais mal-formés (à coup de formation de 6 mois à l'afpa par ex) moi sans mentir à l'issu de cette prestation "valoriser votre image pro" on m'a quand même lancé que je devrais accepter un petit emploi comme balayeur (on pourrait croire que c'est du mépris vers ces personnes mais pas du tout) je veux dire alors que je viens avec mon étude de marché comment suis je sensé le prendre moi, hein ? Résultat : Pôle emploi n'a plus entendu parlé de moi depuis avril 2019. Je ne perçois aucune aide sociale / matérielle / budgétaire. Je me forme par moi même, j'achète du matériel à mes frais (dernièrement j'ai du racheter une tablette graphique et prochainement je dois acquérir un écran professionnel "graphique" dont la valeur oscille autour des 700 € ce n'est qu'un exemple), tout ça à mes frais je ne vais pas ici poser mes comptes mais ça fait longtemps que j'ai passé le stade du "métier-passion". C'est justement cette passion là que je dois garder mais surtout le vœu de développement / transmission qui m'anime.