Pour être notifié de nouveaux messages, entrer dans un forum puis cliquer sur "S'abonner au forum" (+ infos)

Déclassement, manque de reconnaissance… ces enseignants qui veulent changer de métier

La communauté des travailleurs sociaux se retrouvent sur Les forums du Social depuis plus de 20 ans pour échanger sur les concours, le métier, le diplôme, la formation, la sélection, le salaire, la carrière, les débouchés, la profession, etc.
lesocial
Site Admin
Messages : 663
Inscription : 03 déc. 2017 10:44

Déclassement, manque de reconnaissance… ces enseignants qui veulent changer de métier

Message non lu par lesocial » 20 juin 2022 09:53

Y aurait-il une crise des vocations vers l’enseignement ? Régulièrement, face aux problèmes de remplacements de profs, exacerbés par la crise du Covid, les médias soulèvent cette question. Lors des concours de recrutement...

Lire l'article complet ...

Avatar de l’utilisateur
Po3m
Messages : 407
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Déclassement, manque de reconnaissance… ces enseignants qui veulent changer de métier

Message non lu par Po3m » 25 juin 2022 23:58

J'ai eu vent par des personnes travaillant en école qu'aujourd'hui il est possible de rater le concours et d'être malgré tout admis.
Mais le cas qui m'a été rapporté, il s'agit d'une personne qui, admise malgré le concours raté, a démissionné dans sa première année.
Il faut dire, elle était déjà connu avant comme aesh et reconnue comme très incompétente. Sa première année fut difficile, elle était comme "mise au placard" avant l'heure. Elle n'avait aucune classe à tenir. Elle a craqué rapidement...

Ces réalités là, il faut que ça se sache aussi.
Bien sûr il y a aussi ces profs embauchés au rabais, à mi temps à 700€ / mois... pour combler les trous.

On peut me dire "il ne faut pas voir le verre à moitié vide", cependant il ne s'agit pas de critiquer pour critiquer. Mettre la tête dans le sable n'est pas la solution... vous allez vous laisser écraser jusque quand ? A vous aussi, quand vous irez chez Pôle Emploi ou chez Aksis on vous dira qu'il faudrait peut être penser à vous reconvertir : laver les vitres ou balayer pour mettre du beurre dans les épinards... quelle ironie quand on sait que ce sont des jobs fort mal payés, parler de mettre du beurre dans les épinards où quand l'hôpital se moque de la charité... pas de sous métiers dit on... c'est vrai. Mais n'importe quel emploi devrait permettre à quiconque est salarié d'arriver à joindre les deux bouts.

Pat45
Messages : 1
Inscription : 30 juin 2022 08:12

Re: Déclassement, manque de reconnaissance… ces enseignants qui veulent changer de métier

Message non lu par Pat45 » 30 juin 2022 08:54

J'ai une amie qui n'a pas passé le concours d'admission à l'ESPE de son département ni le concours d'admission au CFPP de sa région. Elle avait candidaté, il y a 10 ans, auprès de la direction diocésaine pour faire un remplacement dans l'une des écoles primaires rattachées au diocèse. Elle a enseignée pendant plusieurs années en petite section dans une école pour remplacer un instit en congés longue maladie. Dans le public, TOUS les professeurs des écoles contractuels ont obligation de réussir leur concours pour accéder à la formation, d'un an, au sein d'un ESPE et valider leur année avant de pouvoir enseigner. Ils perçoivent leur salaire qu'ils soient en poste ou pas. Ils ne sont jamais mis "au placard".

Dans le public, les contractuels enseignent dans les collèges et dans les lycées sans avoir passé ni l'agrégation ni le capés. Ils sont rémunérés en moyenne 2002 euros nets par mois et 1354 euros à temps partiel ou incomplet.
Dernière modification par Pat45 le 30 juin 2022 08:55, modifié 1 fois.

Pat450
Messages : 2
Inscription : 30 juin 2022 14:04

Re: Déclassement, manque de reconnaissance… ces enseignants qui veulent changer de métier

Message non lu par Pat450 » 30 juin 2022 14:23

Dans le public, en ce qui concerne les professeurs des écoles contractuels, ils ont obligation de suivre une formation d'un an dans un ESPE régional après admission au concours externe des professeurs des écoles et de valider leur année de formation pour pouvoir ensuite faire des remplacements. Ils perçoivent leur salaire qu'ils soient en poste ou non. Il est impossible d'enseigner dans les écoles primaires publiques sans avoir réussi son concours d'admission à la deuxième année à l'ESPE et sans avoir validé, non plus, son année de formation. En ce qui concerne les professeurs contractuels, enseignant dans les collèges et dans les lycées publics, à temps complet, ils sont rémunérés en moyenne 2002 euros nets par mois et 1354 euros à temps partiel ou incomplet

Avatar de l’utilisateur
Po3m
Messages : 407
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Déclassement, manque de reconnaissance… ces enseignants qui veulent changer de métier

Message non lu par Po3m » 01 juil. 2022 19:46

Bonjour,

J'ai transmis votre réponse à la personne par qui j'ai directement appris cette anecdote. Elle m'a répondu.

Donc je précise :
Avant de passer le concours, elle était aesh. Je précise, ça me semble quand même important, qu'elle n'était pas appréciée en tant qu'aesh.
Déjà je ne peux dire quel concours elle a passé, je n'ai pas cette information. Elle a 3 enfants, ce qui lui a permis d'y avoir accès.

La personne me confirme bien que cette personne lui a confié avoir raté le concours, mais avoir été retenue. Entre nous, je ne vois pas pourquoi elle aurait menti. C'est rare de mentir sur le fait d'avoir raté un concours, la logique voudrait que l'on mente pour dire qu'on a un diplôme ou niveau que l'on a pas réellement, non (?) la personne qui me confirme cela est une personne de confiance qui n'a non plus aucune raison d'inventer, elle l'a fréquenté.
Suite donc à ce concours "raté" mais ayant été malgré tout retenue, elle avait bien une classe, des maternelles.

Ca ne se passait pas bien. L'atsem n'était jamais présente et elle devait tout gérer elle-même, elle s'en est plaint auprès de sa direction et a demandé autre chose. Et en effet, ils ne l'ont pas mis "au placard", mais transféré ailleurs, dans un autre village / établissement, elle devait faire de nombreux km. Au final, elle n'a pas tenu 6 mois Voilà.

Le mieux, bien sûr, serait d'avoir le témoignage directement de cette personne, mais je certifie bien l'authenticité de l'information qui m'a été transmise. Entre moi et la personne directement concernée (que je ne connais pas personnellement), il n'y a qu'une seule personne intermédiaire... et cette connaissance commune est une personne de grande confiance.

Ca s'est passé en école publique élémentaire.

Avatar de l’utilisateur
Po3m
Messages : 407
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Déclassement, manque de reconnaissance… ces enseignants qui veulent changer de métier

Message non lu par Po3m » 01 juil. 2022 20:28

Suite,

http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESS ... 95763.aspx

Je ne vous apprendrai rien sur l'effondrement du nombre d'admissibles. Le niveau global chute...

"On attendait le 13 mai de nouveaux résultats des concours de professeurs des écoles, notamment ceux de l'Ile de France. Ils sont beaucoup plus mauvais que ce qui était attendu. A Créteil, il n'y a que 521 admissibles pour 1079 postes offerts. En 2021 il y avait eu 1321 admissibles pour 1420 postes et 1056 admis. La même proportion donnerait entre 300 et 400 admis cette année et plus de 600 postes vacants."

"On peut encore citer des académies où le nombre d'admissibles ne permet pas d'envisager sereinement la rentrée. Ainsi à Aix Marseille il n'y a que 499 admissibles pour 395 postes, à Amiens 320 pour 256 postes, à Dijon 198 pour 172, à Grenoble 495 pour 406, à Nancy-Metz 310 pour 264 postes, à Reims 200 pour 154 postes. Au total en France , il y a 9597 admissibles pour 8323 postes proposés. Soit un ration de 115% qui ne permet pas un recrutement de qualité ni même d'affecter les postes. "

Est-ce si farfelu d'imaginer qu'au vu du contexte, des personnes s'arrangent (probablement de façon illicite, certes) pour que quelques candidats soient récupérés/admis ?

"Il est impossible d'enseigner dans les écoles primaires publiques sans avoir réussi son concours d'admission"

Je ne dis pas le contraire. Peut être a t elle bien été inscrite sur les registres des résultats d'admission.
C'est peut-être un problème de langage, elle dit "avoir raté le concours" mais techniquement, si on lui a ajouté ce qu'il fallait pour l'obtenir : elle ne l'a pas raté, mais bien réussi ?

Car que ce passe t il lorsqu'un niveau général baisse, normalement on baisse légèrement le seuil lors de la notation pour malgré tout avoir des admissibles.

Maintenant je précise, on parle bien d'une profession réglementée dans le public...
Je n'ai absolument RIEN contre les non-diplômés etc... moi qui me forme de façon complètement autodidacte ce serait quand même le monde à l'envers...

Pour ce qui concerne les profs à 700€ je vous assure je ne l'invente pas, sûrement un "sous-poste" qui a été crée pour combler les trous.
Je colle le lien dès que je retrouve...

Pat450
Messages : 2
Inscription : 30 juin 2022 14:04

Re: Déclassement, manque de reconnaissance… ces enseignants qui veulent changer de métier

Message non lu par Pat450 » 01 juil. 2022 22:37

Quand a t-elle passé son concours de professeurs des écoles ? Quand a t-elle été recrutée en tant qu'A.E.S.H ? A t-elle bénéficié d'une dérogation pour pouvoir enseigner dans une école primaire publique ? Il faut que vous sachiez qu'avant la création des I.U.F.M (Instituts Universitaires de Formation des Maîtres) en 1990, l'Inspection Académique recrutait parfois, dans certains départements, en province, des contractuels qui pour certains n'avaient pas passé leur concours et d'autres avaient échoué au concours d'entrée à l'Ecole Normale ce qui n'est plus le cas depuis 1990.
Dernière modification par Pat450 le 01 juil. 2022 22:42, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Po3m
Messages : 407
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Déclassement, manque de reconnaissance… ces enseignants qui veulent changer de métier

Message non lu par Po3m » 12 juil. 2022 01:10

Bonjour,
AESH depuis environ 4 ans et elle a passé le concours durant l'année 2021. Sa première année était donc celle qui vient de s'achever.
C'est donc on ne peut plus récent. Maintenant, même si je rapporte ici cette anecdote, clairement l'information incomplète fait qu'on ne peut en tirer la moindre conclusion. D'autant que cette personne, soi-disant qualifiée après avoir "raté le concours", déçue des conditions de son travail, a finalement jeté l'éponge avant même de finir sa première année... c'est quand même fort de café, j'ai envie de dire ! Pourtant je vous assure que la personne qui m'a rapporté cela est très sérieuse.

Répondre