Parcoursup, un GPS de l’orientation post-bac pas si facile à manier

La communauté des travailleurs sociaux se retrouvent sur Les forums du Social depuis plus de 20 ans pour échanger sur les concours, le métier, le diplôme, la formation, la sélection, le salaire, la carrière, les débouchés, la profession, etc.
lesocial
Site Admin
Messages : 225
Inscription : 03 déc. 2017 10:44

Parcoursup, un GPS de l’orientation post-bac pas si facile à manier

Message non lu par lesocial » 11 sept. 2019 09:57

Ces paroles, les moins de 20 ans ne les connaissent peut-être pas. Mais à l’image de ce que chantait Francis Cabrel dans un titre de 1981, les bacheliers qui n’ont pas encore d’affectation dans l’enseignement supérieur pour la rentrée 2019 cherchent à prendre « leur place dans le trafic »……

Lire l'article complet ...

Avatar de l’utilisateur
Po3m
Messages : 147
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Parcoursup, un GPS de l’orientation post-bac pas si facile à manier

Message non lu par Po3m » 11 sept. 2019 12:54

Et si vous "échouez", dans l'absolu, SVP : ne vous suicidez pas pour "ça". La vie vaut mieux qu'un système. Vous comprendrez mieux le sens des choses en avançant dans l'âge. Je suis la preuve vivante que l'on peut "réussir" hors cursus et que l'on peut évoluer, apprendre et grandir "hors diplômes". Entre parenthèses, il n'est pas nécessaire d'être diplômé pour entreprendre. Sachez surtout vous organiser, planifier, soyez méthodiques, et surtout, surtout, soyez ouverts et sachez vous entourer. Faire confiance en la vie. Parfois il suffit de peu, un regard, une rencontre, tout peut basculer. La chose essentielle, "soyez travailleurs" et partagez le plaisir que vous tirez de vos travaux et restez curieux, intéressez vous "aux autres".

Je suis quelqu'un qui, jeune, n'a pas "supporté la pression". J'ai "implosé", craqué, tout ce que vous voulez "de pire". Objectivement parlant, on pourrait se dire que "j'ai raté" (je ne dirais pas ma vie, mais professionnellement parlant, je suis passé "à côté"). J'ai tout connu ce qu'il y a de pire (le rejet, le mépris, les insultes, les "certitudes des ignorants", les donneurs de leçons de ceux qui croient avoir tout compris), j'ai traversé la maladie (dépression, et même burn-out), j'ai même connu l'hospitalisation sous contraintes (il y a près de 14 ans). Et... regardez.

De tout cela, j'en suis "sorti". Je me reconstruis.
Je ne suis toujours pas "compris", je ne suis toujours pas "accompagné" (pas vraiment) dans mon parcours, mais je suis là, toujours vivant.
Bien sûr, je ne vous souhaite pas un parcours comme le mien. Bien qu'ayant développé ma propre expertise dans mes domaines, je suis en mesure de transmettre. Dans les domaines du social, et en particulier pour les gens qui seront amenés à "piloter" les appareils du social, si j'ai juste un message à vous transmettre, malgré les modèles théoriques et les outils numériques qui sont les nôtres aujourd'hui, c'est de "rester humain". Ne cédez pas aux sirènes de ceux qui détricotent justement ce qui fonde "le social".

Il se peut que dans le cours de votre vie, vous serez amenés à être "professionnels", c'est à dire qu'en dehors vous fonderez probablement une famille, ne jugez pas trop fort ceux/celles qui n'ont pas eu accès aux mêmes chances.

Et je le répète, malgré les attentes énormes de vos proches (parfois) et la pression terrible que vous pouvez avoir à subir, ça ne mérite pas tout le mal que l'on peut se faire lorsqu'on n'entre pas dans les clous. Restez vivants, c'est le plus important.

Répondre