Pôle emploi : Activ'Crea = fumisterie ?

La communauté des travailleurs sociaux se retrouvent sur Les forums du Social depuis plus de 20 ans pour échanger sur les concours, le métier, le diplôme, la formation, la sélection, le salaire, la carrière, les débouchés, la profession, etc.
baleste
Messages : 90
Enregistré le : 04 janv. 2018 13:08

Re: Pôle emploi : Activ'Crea = fumisterie ?

Message non lu par baleste » 15 juin 2018 11:25

Quand tu auras finit de te plaindre tu nous feras signe ????

Et si tu te prenais un peu en charge au lieu de chercher des excuses fumeuses à tout ?

Avatar du membre
Po3m
Messages : 103
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Re: Pôle emploi : Activ'Crea = fumisterie ?

Message non lu par Po3m » 15 juin 2018 12:33

Arrête je vais pleurer...

Tout d'abord : BONJOUR,

Il semble que l'ensemble de vos messages ici sont de natures agressifs vis à vis de la majorité des participants sur ces forums. Du coup pardon mais la pertinence de votre intervention s'en trouve du coup fortement amoindrie.

Ce type de remarque n'est pas sérieuse. Me prendre en charge ? J'ai passé plus de deux années à réaliser une étude de marché sérieuse et je peux bosser de 8h30 à Minuit (avec des pauses). 35h en moins de 3 jours (normal pour du "non salariat" c'est l'un des prix à payer et ce sans l'être, payé). Maintenant je suis conscient qu'en m'exposant ainsi je prends le risque de recevoir de telles remarques. Ce n'est rien, apparemment c'est votre façon de parler et je comprends mais comprenez que ce n'est pas moi qu'il faut secouer : c'est ce qui me maintient dans cet état qu'il faut dynamiter...

Maintenant j'aimerais répondre sur le fait de "prendre en charge", sur le plan individuel tu peux être responsable et autonome, organisé, structuré. Tout ce que tu veux mais la société est une machine complexe et si tu maintiens bien fermement la tête d'un individu sous l'eau et que dans la grande assurance de ta posture (parler dans la posture, c'est facile) tu lui dis "Respire ! Mais je ne comprends pas ! Ouvre la bouche et aspire un grand coup ! Allons c'est facile pourtant !" mais tu continues à lui maintenir la tête bien fermement sous l'eau. Si la personne t'écoute, bien évidemment elle se noie. "Tu es nul tu vas mourir bon alors je vais te soigner, tiens un tuba pour respirer, ça ira ?" et pendant ce temps, bien sûr, tu ne lâches pas la prise.

Je relate une expérience où je me suis pris en charge, justement. Je rapporte des FAITS pour expliquer que Pôle emploi ne suit pas. Mon expérience n'est pas unique.

Si (par exemple) tu travailles chez Pôle emploi (ou pas mais dans une structure d'insertion) peu importe ta fonction, STP ne te sent pas attaqué. Ce n'est pas personnel.
Modifié en dernier par Po3m le 15 juin 2018 18:39, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Po3m
Messages : 103
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Re: Pôle emploi : Activ'Crea = fumisterie ?

Message non lu par Po3m » 15 juin 2018 13:29

[information :

Emmanuel Macron utilise l'avion présidentiel pour un trajet de 110 kilomètres.
(le coût horaire d'un Falcon 2000 était de 4.251 euros en 2013)...

/Information]


La prochaine fois que je me déplacerai pour un entretien. J'aimerais qu'on me mette à disposition un hélicoptère SVP. Merci !

Non en vrai je préfère marcher. Et je crois que nous sommes nombreux à ne pas avoir attendu un mouvement politique pour le faire.

Ceci dit c'est bien j'encourage ceux qui souhaitent s'exprimer dans ce fil de le faire en toute franchise. Je prends note de chaque remarque, après je m'accorde le droit de faire le tri entre des propos ou critiques constructives et des réacs ou provocations gratuites.

Avatar du membre
Po3m
Messages : 103
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Re: Pôle emploi : Activ'Crea = fumisterie ?

Message non lu par Po3m » 16 juin 2018 01:00

Suite à l'inscription Pôle emploi.

Je passe sur pas mal de ressentiments que j'essaie de taire comme je peux. J'essaie de voir les choses autrement. Moi quand j'ai connu c'était encore l'ANPE. Je me dis que depuis les choses ont peut être évolué dans le bon sens.

Je ne suis pas bête, malgré tous mes efforts pour positiver, je sais que ma situation OBJECTIVE n'est pas socialement perçue comme bonne, que les voyants pour moi sont perçus comme rouges. Je suis quand même très stressé mais j'essaie d'user de ma "quarantaine" comme expérience pour y faire face. Mentalement je veux incarner cet âge vécu comme une expérience légitime. Je décide de me placer donc au même niveau que mon interlocuteur. Et au niveau de ma réelle expérience.

Je suis prêt pour rencontrer donc un agent Pôle emploi pour un premier entretien.

Mon projet est prêt, l'idée est faite : il n'y a plus qu'à. Aboutissement d'un peu plus de 4 années de travail (un peu plus en réalité, mais les périodes précédentes étaient trop fluctuantes et pas du tout simples à vivre donc trop inconstant : périodes avec, périodes sans). Bien sûr, pas question d'évoquer la moindre difficulté de ma vie. J'assume ma situation avec dignité. Pas question d'user de quelques excuses que ce soit. Je ne me fabrique aucun scénario. Je n'imagine aucune question qui pourrait m'être posée et m'embarrasser. Je m'attends à la fois à tout et à rien. Comme un premier rdv galant où finalement tu veux te montrer sous ton meilleur jour mais tu évites de trop te raconter d'histoires parce qu'une chose ou une autre pourrait te décevoir, et puis si ça tombe tu ne seras pas à son goût. Quoi que à ce niveau là je ne me pose plus autant de questions mais là c'est un tout autre sujet. Ne mélangeons pas tout ! Lol

Je rencontre la personne qui apparemment sera ma référente. Je décide de venir léger. Je m'explique, je trouve dans la plupart des cas ridicules de venir avec un dossier épais pour ne sortir dans la plupart des cas que deux ou trois feuilles. Je sais par contre que c'est une pratique que les professionnels usent face à des bénéficiaires pour se donner "une contenance" (il parait que ça fait sérieux, que tu représentes l'institution, bref du blabla). Mais je ne trouve plus ces méthodes impressionnantes. Du reste, ces façons de faire ne m'ont jamais impressionnées. Je suis dans l'observation et l'écoute.

Donc, je viens léger, juste les documents principaux. Je sais que la personne accédera à mon historique chez eux. Dans un cas comme le mien, selon à qui on a affaire, cela peut être un réel handicap. Ensuite, elle a peut être accès à une partie des données concernant mon dossier RSA. Là aussi, vis à vis de Pôle emploi ça permet d'être "classé" donc ça n'aide pas forcément. Peu importe, je positive un max et je me concentre uniquement sur mon projet.

Globalement, ce premier entretien s'est très bien passé. La personne était réceptive et dans l'écoute, et je dirais même appliquée. Je suis empathique alors je ressens les gens (je peux me tromper mais c'est très rare). Je lui explique où j'en suis et mon projet de création d'activité dans la communication graphique. Je lui explique aussi de quoi il s'agit et ce que ça implique comme enjeux. J'essaie de rester clair et concis. Je me dois d'être précis et juste pour produire un bon impact. Au fond, je la traite en "client potentiel", d'une certaine façon je vends mon projet. Je me dois donc d'être professionnel et quand tu es professionnel, pas question de te plaindre : et je ne suis clairement pas là pour ça. Donc, face à elle, je suis pro et j'agis comme tel (dans ces cas là non pas que je me sens "mytho" mais j'éprouve ce qu'on pourrait appeler le "complexe de l'imposteur"... messieurs/dames les psy : c'est normal ???)...

Elle me fait savoir que côtés formations, ça va être compliqué (pourtant la réalité c'est que je suis capable de te manger les formations demandées par les deux bouts ! Ca me servirait de validation d'acquis pour être pris plus au sérieux !). Elle me parle d'un dispositif qui aurait connu une réforme récente : Aksis. Au fond de moi je me dis "et merde..." car ayant vu un "Cash investigation" traiter du sujet Aksis, je sais parfaitement de quoi il en retourne. Je ne suis pas du genre à prendre pour vérité ce qui peut être diffusé (surtout) à la TV. Je ne suis pas crédule. Mais je n'ai pas une bonne image d'Aksis. Evidemment, je le garde pour moi. Comme je suis du côté de la création d'activité, elle me parle d'Activ'Créa. Me fait savoir qu'une réforme eut lieu récemment et que les premières expérimentations semblent assez bonnes. Ok ok... je ne suis pas là pour faire mon difficile. Je me dis que je dois vivre quelque chose qui puisse me remettre plus concrètement le pied à l'étrier. Alors, j'accepte...

En attente d'un premier entretien chez Aksis pour une prestation possible sur 3 mois si c'est validé.

Avatar du membre
Po3m
Messages : 103
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Re: Pôle emploi : Activ'Crea = fumisterie ?

Message non lu par Po3m » 16 juin 2018 11:46

Entretien Activ'Crea.

C'est un entretien complet durant environ 1h30. Là pour le coup ma documentation était plus fournie, même si l'essentiel est en tête. La personne commence par me présenter la prestation et ce qui en sera contenu. Elle me jauge assez rapidement sur mes réelles intentions, à propos de ma motivation personnelle. Elle teste pour savoir s'il n'y a pas me concernant (comme concernant chaque candidat) "une erreur d'aiguillage" comme cela peut arriver. Je fais savoir que cette démarche découle d'une initiative personnelle et qu'il est bien question d'une création d'activité.

S'en suit un long échange et de premières précieuses informations pour moi. Je prends des notes. Ca dure un bon bout de temps. Puis vient le moment où je suis invité à parler de mon projet. Je définis l'activité, la détaille suffisamment pour recevoir quelques questions. Je donne un coût aproximatif et je précise avoir une bonne partie du matériel déjà. Tout cela m'a demandé déjà de réels investissements même si ceux ci sont modestes. En fin d'entretien, je présente quelques travaux personnels. J'explique que ma "plus value" se trouve en une large palette d'expression. Une maîtrise qui touche surtout à la création (de la Créa à l'Exé)...

Mais j'explique de suite que pour être complet, j'ai besoin de recevoir pour me roder un peu quelques formations qui touchent à la création vectorielle. Pas une formation pour débutant, il s'agit de formation de spécialisation. Le genre de formation qui a un coût d'environ 500€ / jour. A savoir que ma capacité d'assimilation logicielle est rapide, je suis très à l'aise avec de tels outils. Evidemment Aksis n'est pas là pour proposer des formations mais préparer à la création d'activité : tester la faisabilité du projet, réaliser une feuille de route, créer une étude de marché (ou la valider si comme moi un certain travail a déjà été fait en amont)...

Bien sûr m'a été donné un identifiant pour accéder à leur site et un espace d'informations diverses et relativement précieuses. Je ne parlerai pas de leur site. Il y a divers activités et tests proposés et à accomplir sur une certaine période, à son rythme. Ca peut préter à la polémique sur la pertinence réelle de ces petites applications et autres serious games, voyons positif et je me dis que ça fait au moins bosser ceux qui réalisent ces petites applications.

/////////

Le fond de ma pensée :
Je sais que Pôle emploi m'envoie chez Aksis pour tester la faisabilité de mon projet et le cas échéant le valider afin de rentrer vraiment dans le dur (enfin, c'est ce que j'imaginais naïvement) ou l'invalider et ainsi pouvoir te réorienter plus facilement (sans que tu n'aies trop ton mot à dire).
L'enjeu pour moi était de manger Aksis (avec tout le respect que je dois pour les gens qui y travaillent, dans ma ville l'équipe est très chouette) pour ENFIN pouvoir à l'issu présenter UN BON DOSSIER ! Une chance que je n'allais pas laisser passer...

Avatar du membre
Po3m
Messages : 103
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Re: Pôle emploi : Activ'Crea = fumisterie ?

Message non lu par Po3m » 16 juin 2018 13:29

[Interlude]

Aperçu de mes possibilités de création de BD type BD d'entreprise (pour faire de la prévention par exemple). En même temps c'est raccord avec les évènements actuels (bien que je n'y suis pas amateur).

Bien sûr je connais le tarif sur le marché. Personnellement mon tarif horaire est de 47€.
Pour de la BD ça marche au forfait : 300 € la planche (c'est un grand minimum dans le monde "entreprise", dans le monde "éditorial" ça tourne autour de 500 € / planche). Selon la qualité de la planche, cela demande une journée pleine à 2 jours (grand max sinon tu tournes vraiment à perte).

Prenons 2 jours de travail pour une planche. On va se baser sur une journée théorique de 7h (la réalité va au delà mais ce n'est pas le problème du client : c'est ton affaire). Donc 300 € / 2 jrs = 150 € / 7 h = 21.42 € horaire BRUT ce qui revient à un Net de 10.71€ dans ce cas de figure. Je le répète c'est un grand minimum.

Pour d'autres actes le tarif à 47€ de l'heure est un tarif "entreprise" ne pas confondre avec un horaire salariat (qui n'a donc absolument rien à voir). Il ne faut pas croire, au bout du compte ce qui revient en NET dans la poche représente un modeste salaire. La motivation première n'est donc pas financière mais toute entreprise doit tourner dans le but de réaliser du bénéfice, il est donc légitime de proposer un Tarif viable économiquement ne serait ce que pour en vivre et se développer.

Je pourrais vous expliquer quels sont les pièges à éviter (et le "client type" à éviter) mais en gros ce qu'il faut retenir c'est qu'il ne faut surtout pas se lancer en bradant son travail (erreur commise par la majorité du "jeune" prestataire). J'ai longuement étudié le sujet et je continue bien sûr de l'étudier.

C'est pas mal de vous faire ces petits résumés, je vous en ferai d'autres.
Fichiers joints
PF-min.jpg
PF-min.jpg (154.08 Kio) Vu 2167 fois

Avatar du membre
Po3m
Messages : 103
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Re: Pôle emploi : Activ'Crea = fumisterie ?

Message non lu par Po3m » 17 juin 2018 11:14

Une petite carte.
Assimiler mes travaux à ces messages n'est pas la bonne approche et peut nuire à mon image donc bien entendu je n'ai aucune envie de me faire connaître de la sorte, c'est simplement pour montrer encore une fois la réalité de mes travaux, en tout cas pour ce qui concerne cette partie du travail. Pour d'autres types de projets (petits jeux pour smartphones et tablettes) c'est plus compliqué de vous le partager.

Vous pourriez avoir néanmoins une impression faussées à ma lecture. On pourrait me croire "hyperactif" mais la réalité est bien plus compliquée (ou plus simple ça dépend comment tu le prends). Non, ce n'est pas facile tous les jours dans une situation comme la mienne et oui, si ce n'est pas écrit RSA sur mon front, je suis dans une forme d'obligation à ne pas en faire état en société. Les freins et handicaps viennent de tous les côtés.

J'ai pas mal de phases "sans" et je me rends compte que ça vient aussi d'un "manque à vivre". Fournir la majeur partie du travail personnel est complètement normal mais je connais quelques blocages encore. Cause peut être d'une accumulation pesante. J'aimerais lever les freins et faire sauter tout ça on va dire pour m'arracher définitivement de cette pesanteur.

Je m'en mets chaque jour des coups de pied aux fesses mais ce n'est pas assez... des claques dans la figure j'en ai reçu beaucoup et j'en aurai d'autres, c'est complètement normal. Conscient que dans le boulot tout ne vas pas toujours comme on le voudrait et qu'il faut pouvoir réagir à l'imprévu et inventer ses propres solutions.

Je vous souhaite un bon dimanche.
Fichiers joints
CARTE-min.jpg
CARTE-min.jpg (143.6 Kio) Vu 2138 fois

Avatar du membre
Po3m
Messages : 103
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Re: Pôle emploi : Activ'Crea = fumisterie ?

Message non lu par Po3m » 20 juin 2018 10:10

Bonjour,

J'ai fais un rêve où je me retrouvais en situation d'apprentissage en groupe et où je me voyais expliquer ce que j'écris en substance ici, à savoir : Je me suis ré-inscrit à Pôle emploi, on m'a proposé de passer par Aksis pour suivre la prestation Activ'Crea, eu la chance de tomber sur une équipe qui s'entend (l'air de rien, ça aide...) et qui ne prend pas les envoyés du Pôle emploi comme une corvée (ce n'est pas toujours le cas, et dans ce cas : ça n'aide pas). Au final j'ai réalisé les 3 mois. C'est très léger, l'accompagnement apporte vraiment les bases. Ca permet à Pôle emploi de "faire le tri" de façon pour eux sans doute "économique" (?)

Bilan très positif. Quelques extraits :

"Mr X possède une expérience professionnelle en maintenance informatique. Toutefois, il a toujours développé un intérêt certain pour les activités artistiques et notamment graphiques. Il souhaite donc aujourd'hui étudier la possibilité de créer une activité indépendante dans ce secteur. Après avoir mené des recherches et une réflexion sur les différents statuts disponibles, il envisage de créer en portage salarial."

"Mr X est très qualifié dans son domaine de graphiste. Cependant il aurait souhaité une formation concernant certains logiciels afin d'exploiter au maximum ses outils de travail. Mr X s'est crée des contacts durant la prestation et a réalisé sérieusement son étude de marché. La création de son activité ne nécessite pas de financement" ajout perso > (en réalité, si, mais ce n'est pas un investissement conséquent)...

"Mr a un bon profil entreprenarial, il est très autonome, conscient de la concurrence et réaliste sur l'évolution du marché. Son désir de tranquillité dans la gestion de son entreprise s'explique par son rattachement à une boite de portage salarial."

///

Retour à Pôle emploi :

Entretien de bilan suite à Aksis et Activ'Créa. Plusieurs pistes sous le bras avec entre autres quelques formations piochées chez Arifor (entre autres) que l'on m'a conseillé parmi les différentes pistes de recherche.

Donc, j'ai pris les devants en mettant sur la table des formations possibles et prises en charge par Pôle emploi. Ou sinon, ouvert bien entendu à une proposition concrète et sérieuse. Alors, certes, la personne qui m'a reçu "référente" s'exprimait parfaitement. Très bonne communicante en plus d'avoir le sourire (c'est toujours plus agréable). Sa rhétorique était chantante même si le fond ne m'enchantait guère. Ils ont fait du progrès de ce côté là, car j'ai connu une époque où je recevais des insultes. Là, c'est totalement différent et les bureaux sont en espace ouvert, ça y joue pour beaucoup (on risque moins de se faire insulter par un agent qui aurait passé "une mauvaise matinée"). Non mais elle était très chouette humainement. Je suis bien tombé.

C'est finanacièrement que ça pêche, sur le fond (des formations faut bien les financer donc on n'envoie pas "n'importe qui" même si "le gars du RSA" a réussi à démontrer la pertinence de son projet : validé par Aksis). Car oui je voyais bien qu'elle écarquillait des yeux et qu'elle m'expliquait comme elle pouvait que me proposer une formation comme demandé n'allait pas être possible. Que ce sont des choses proposées en substance (elle ne me l'a pas dit comme ça) à ceux/celles qui ne sont pas autant éloignés du marché de l'emploi. Que au pire, alors que c'est pour une création d'activité : ça pourrait m'être proposé en contrepartie d'une preuve d'embauche...

De qui se moque-t-on ? On me parle de preuve d'embauche... je sens que c'est une "esquive élégante" mais que derrière il n'y aura rien de concret. J'insiste (pardon d'insister, pardon de vous emmerder, pardon de vous faire chier, pardon de vous harceler !) Pardon pardon pardon d'essayer ! Pardon de tenter ! Pardon d'exister ! Pardon mais en attendant j'entends des :

"Quand tu auras finit de te plaindre tu nous feras signe ????
Et si tu te prenais un peu en charge au lieu de chercher des excuses fumeuses à tout ?"

Alors pardon, quoi, merde ! Désolé pour le manque de TACT pour le coup mais pardon d'avoir juste envie de dévisser vos boulons trop serrés ! Donc au final non ça ne bouge pas, ce n'est peut être pas tout à fait le même balai, mais il est toujours bien coincé dans le cul d'un Pôle emploi à plusieurs vitesses. Pardon pour ma colère passagère, ça va mieux.

Cette personne, référente, me pose des questions précises auxquelles j'y apporte des réponses claires et structurées. Clairement, mon but est justement de toucher au but. Je veux l'impressionner sans trop en faire pour démontrer ma motivation et lui dire en filigrane "Tu vas me la donner oui ta formation ? Que je te la mange en moins de deux ?" Pas le pistolet sur la tempe mais je n'étais pas là pour faire du tourisme. Je déteste que l'on me fasse perdre mon temps lors d'un RDV si c'est pour ne rien dire.

J'ai descendu de quelques étages lorsqu'elle m'a fait savoir que pour moi, "Aksis" en gros (puisque je me faisais un peu plus pressant), que c'est le TAQUET de ce qu'ils peuvent me proposer. Qu'il n'y aura rien d'autre. Eux ce qu'ils appellent "le taquet" genre vraiment ils sont au max... ce n'est pour moi qu'une maigre introduction... nous ne plaçons pas les seuils de difficultés aux mêmes endroits. Je ne reçois plus d'insultes verbales (comme cela m'est arrivé en 2004), non, c'est plus subtil. Mais ce sont toujours des insultes.

Donc, ok ? Rien d'autre alors ? Non. Elle me donne quelques pistes pour faire du réseautage. Est à la limite de la moquerie lorsqu'elle m'assimile à un expert. Je n'ai jamais eu de telles prétentions. J'en ressors fortement déçu. La déception, ce n'est pas un problème. Humainement, j'ai tout connu tout enduré. J'ai même connu la rue durant quelques jours il y a 11 ans, quelques jours mais j'ai aussi connu cette... "expérience". Je sais dans quel monde je suis. Je connais le regard de l'indifférence jusque derrière ton bureau. J'ai déjà vu tout ça en face. Le blabla, j'ai tout entendu. Jusqu'à même (la bonne affaire) me prendre pour un fou.

Donc, voilà, je reviens avec UN BON DOSSIER, quelque chose qui pourrait bien démarrer. Et derrière ça : RIEN. Peut être pas rien pour tout le monde, mais je n'entre pas dans les bonnes cases. En suis je la cause ? N'est ce pas un véritable problème structurel dont j'en subis les conséquences ?

Suis je dans le délire ?

Merci d'avoir pris une patience immense pour me lire.

Je ne lâche pas, dernièrement j'en suis passé par une phase difficile pour tout dire, une période "sans" mais je m'y remets. Je ne lâcherai pas. J'en ai un peu ras le bol de me sentir si isolé dans ma souffrance.
Modifié en dernier par Po3m le 21 juin 2018 09:20, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Po3m
Messages : 103
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Re: Pôle emploi : Activ'Crea = fumisterie ?

Message non lu par Po3m » 20 juin 2018 14:08

Epilogue :

Nous sommes fin 2017. Je viens de passer une année qui m'a fait miroiter une porte ouverte. Malgré tout, j'ai des ressources. La qualité première en matière d'intelligence : c'est l'adaptation. Paradoxal quand tu te trouves dans un système sociétal devenu inadapté au principe naturel de l'adaptation, sinon pour celui/celle qui entre dans les bonnes catégories. Je porte en moi (aussi) une raison politique, je porte en moi autant un petit bout de monde meilleur. Je porte en moi le droit de dire non sans recevoir de menaces, le droit de choisir, le droit d'accomplir. Le droit de recevoir de véritables moyens pour me permettre d'expérimenter et vivre pleinement une succession d'échecs dans un monde qui saurait les valoriser jusqu'à atteindre quelques réussites possibles.

///

Il ne s'agit pas d'être le meilleur mais d'aller au meilleur de soi.
Il ne s'agit pas de passer devant les autres mais d'avoir les moyens de travailler.
Le mérite du premier de la classe, je n'en veux pas : je laisse ça à ceux qui choisissent de n'être qu'un "bon petit soldat".
L'école de la vie mène au véritable mérite, le dernier sait survivre quand le premier s'illusionne...

Du ruissellement, je n'en veux pas. Gardez vos gouttes empoisonnées. La politique de la misère n'a jamais fonctionné, je n'en veux pas. Continue de racler les fonds de caisses, viendra le jour où tu n'auras pas le choix parce qu'on appliquera ta propre politique, on utilisera tes propres outils : on ne te laissera pas le choix. Tu seras contraint (comme tu le fais pour nous). Tu seras obligé (comme tu le fais pour nous). Tu accompliras le devoir de nous laisser le droit de vivre. On te mettra le pistolet sur la tempe avec cinq balles dans le barillet, un trou de libre et on te diras, appuie sur la détente et on appellera ça "égalité des chances". On te placera dans les mêmes conditions que tu le fais avec nous. Les mêmes conditions "impossibles" avec juste une sortie de secours possible. Pour nous cette sortie n'existe pas autrement que "par l'urgence".

Et ça suffit de ne traiter les dossiers... que dans l'urgence.
1000 agents de contrôle ? Dit-on. Ils ont intérêt à être bien armés parce que moi et d'autres, on ne va pas les rater. Des menaces ? Nooooooon, si peu. Juste envie de te faire les poches...
Tu dédommages, tu assumes, point. Si tu n'as rien d'autre à proposer, tu la fermes. La politique de la misère on n'en veut pas. Des gens qui n'ont plus rien à perdre tu les fabriques par millions : réfléchis bien avant de jouer au con... à ce jeu là, je gagne à tous les coups.

Et "Salut Manu !"

///

Vous vous souvenez ? Fin 2017, baisse du chômage.
Pour ma part, donc au RSA et inscrit à Pôle emploi, durant cette période en début de mois (novembre si ma mémoire est bonne) J'essaie de m'y connecter, en vain. Quelques jours plus tard je m'y reconnecte et là que lis-je ? Je ne suis pas radié, non. Je n'ai reçu aucun mail, aucune lettre. Je suis "désinscrit". Tout simplement, désinscrit. Sans demande de ma part. Sans motif et sans préavis. Sans faute de ma part. Désinscrit "tout simplement".

Durant Aksis je devais estimer une date pour la création d'un statut (alors que clairement je n'y suis pas "prêt"), ont ils pris cette date pour justifier cette désinscription ? M'ont ils considéré "inséré" ? Assurément, non. Et pendant ce temps était annoncé une baisse de la courbe du chômage. Ah ah : ils bricolent comme ils peuvent.

Donc, Pôle emploi "triche" et sort comme ça lui chante aujourd'hui des gens comme moi. Sans passer par la radiation, sans passer par une déclaration de changement de situation. Tu te connectes et que vois je ? "Vous êtes désinscrit depuis le xxxx" mais en contrepartie et je les en remercie : j'accède au site complet ! J'accède à mon espace "prends moi pour un con" ! Non, sérieusement, ça me permet de poursuivre quelques recherches "hors inscription".

///

Derrière ça, tu crois que j'ai envie d'y retourner ? Projet ficelé en mains ?

Tu es peut être sadique à me forcer d'y retourner : mais je ne suis pas maso !

Qui a échoué la mise à l'épreuve ???? Pas moi... Pôle emploi.
Qui ne met aucune bonne volonté ???? Pas moi... Pôle emploi.
Qui n'investit pas A PERTE (dans un premier temps) sur l'avenir des plus défavorisés ?
Pas moi, Pôle emploi.

Qui me laisse "pour compte" ? Il faut bien boucler les fins de mois difficiles du gouvernement...
Pas moi, Pôle emploi.

Je les prends en flag (d'hypocrisie de tout ce que vous voulez) et j'ai donc tenu à partager mon expérience. J'ai tenu à vous partager certes ce que j'ai vécu, ce qui se passe sur le terrain, LA REALITE ! J'ai tenu à vous faire part d'un petit bout DU MONDE REEL ! Et dans ce monde réel, le gouvernement actuel prépare des petits bateaux qu'il va remplir à ras bord afin de nous envoyer vers "le monde de la réussite, le monde du mérite, le monde de la win win attitude" sauf que ces petits bateaux sont troués et ceux qui resteront sous les eaux, ceux là seront montrés du doigts, désignés comme responsables de leur situation, coupables de leur mauvaise volonté. Nous sommes dans ce monde là où se met en place peu à peu un autre monde plus assumé : celui des exilés.

Alpha et Oméga, des exilés fiscaux aux exilés sociaux. Je vous laisse deviner où il est plus simple de taper. Principe du rasoir d'Ockham, certainement. Notez notez, étudiants, rasoir d'occam : ça vous servira souvent. Mes encouragements sincères pour vos diplômes.

Aux quelques pros qui passent, oui vous en voyez tous les jours pour certains. Bon courage également !

Merci de m'avoir lu.

Avatar du membre
Po3m
Messages : 103
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Re: Pôle emploi : Activ'Crea = fumisterie ?

Message non lu par Po3m » 23 oct. 2018 23:16

Quelques news.

Je crois que je suis lu et "reconnu" et que j'en subi les frais. Peu importe.
Si un acharnement est exercé sur ma personne c'est que je suis considéré comme "gênant" (j'imagine).
Pourtant, je ne souhaite ni provoquer ni entretenir de conflit. Celui-ci se met en place de façon systémique et procédurier. En fait, la machine est totalement mécanique. Je comprends mieux l'expression "broyeuse". J'irai plus loin en la désignant comme "faucheuse"...

Je crois aussi que certaines personnes me protègent (de loin) comme elles peuvent. J'imagine.
C'est dur d'imaginer que quelqu'un puisse être un peu de mon soutien (sans adhérer pour autant à mes idées) mais juste dans une forme de compréhension plus humaine. Oserais-je dire empathique (désolé pour le gros mot)...

Je donne des nouvelles.

Le fait d'être un homme, ça n'aide pas. Un homme seul, sans enfant. J'ai le sentiment que c'est la très mauvaise case. Vous comprenez, nous sommes naturellement plus enclin à nous attendrir face à une femme qui connait de grandes difficultés avec son ou ses enfants. J'ai l'impression. Un homme, la quarantaine fraiche, c'est pas vendeur. Surtout dans mon cas. Je viens de traverser une dure période. Malgré ma santé retrouvée (globalement), ils tapent de plus en plus fort. J'ai le sentiment qu'ils veulent me faire replonger. Ca les arrangerait... ou plutôt (ne désignons personne en particulier) ça "arrangerait" que je plonge de nouveau dans un "suivi santé" (comme ils disent). En fait ils n'ont pas les compétences de décider de ma santé mais ils l'administrent et décident donc de mon sort. C'est du déterminisme qui va directement à l'encontre du principe de liberté (la mienne, en l'occurrence). Oui, j'ai l'air de me plaindre comme ça mais non, je ne fais que m'exprimer. Parce que j'imagine ne pas être le seul dans une situation si complexe à se faire autant malmener par une indifférence complète d'un côté et un acharnement procédurier et administratif de l'autre. Comme si mon problème n'allait se résoudre que par la contrainte.

Donc, j'ai eu un mois de suspension (pour le mois de septembre). Motif, suite à la radiation de Pôle emploi je ne me suis pas réinscrit (forcément, je ne suis pas maso...). Du coup, là, je me suis réinscrit. Evidemment, ça ne changera rien à ma situation. Evidemment, depuis ils me lâchent la grappe et je perçois un RSA "plein" (485€). Evidemment, l'hypocrisie est à son maximum. Ca ne fera pas avancer le schmilblik, mais "tout le monde est content". Tant mieux, tant mieux.

Donc ce mois ci j'ai reçu de la part de la CAF 244,81 € sur décision du CG de me retenir la moitié du RSA.
Je sais être dans mes droits et je sais qu'ils abusent mais je n'ai pas contesté. Faute à l'énergie que je mets ailleurs (dans mon travail) pour m'en sortir. Je ne peux pas user de cette énergie qu'il me reste pour bien me défendre. C'est vraiment usant. Vraiment. Il faut être dans la situation pour comprendre plus humainement. Donc je n'ai pas contesté. Je sais pourtant ce qu'ils sont en train de faire. J'ai eu un blame de premier niveau. Cela signifie (je crois) qu'au prochaine blame (me semble t il) ils peuvent me radier. L'ancienneté de mon dossier est devenue gênante. Je crois qu'ils "poussent" à me radier, quitte à ce que je redépose derrière une demande pour ré-ouvrir du coup un nouveau dossier (qui annulerait l'ancienneté du précédent) pour que cette ancienneté là n'apparaissent plus dans les stats.

Si j'ai tort, me le faire savoir. Je suis pas TS mais je ne suis pas bête non plus. Et je ne suis pas parano donc si je me trompe, me le dire. Mais entre nous, je sais bien dans quel monde je vis et sur ce coup, je ne crois pas faire erreur.

Donc résumé, 244 € ce mois-ci (je vis seul dans un T1 de 16m²). Je ne bénéficie d'aucune aide annexe. Pour la nourriture je n'y arrive pas mais je me débrouille. J'essaie de cuisiner un peu plutot que de prendre des boites. Seulement ce mois ci avec ce que j'ai je dois d'abord m'occuper des factures et de mon loyer, même si celui ci est faible (vu que je bénéficie de l'apl). Je rappelle que je reste dans ce qui est assimilable à une chambre d'étudiant. Ca tombe bien parce que je passe la majeure partie de mon temps à étudier (sourire). J'avais gagné du poids mais avec leurs conneries, j'ai perdu actuellement prêt de 7 kg. Je suis retombé à 57... je fonds rapidement surtout en période de stress. Dommage parce que j'avais repris le sport et la course à pied (et à près de 65 je me sentais vraiment mieux dans ma peau), mais depuis que je ne mange plus (plus grand chose), je ne peux pas prendre le risque de mettre mon corps en danger par le sport. Même en chambre... (humour). J'essayais de fréquenter un peu mais du coup je me suis éloigné de la personne. En effet, je n'ai pas envie d'être "un boulet" et surtout pas vivre aux crochets d'une femme (je ne le supporterais pas), je tue dans l'oeuf la plupart de mes histoires naissantes. Remarquez... j'ai progressé... je ne dis pas que je couche, mais j'ai progressé (humour bis...)...

Octobre rouge pour moi, donc. Heureusement, le temps est doux. Depuis l'enfance j'entends de la part des petites vieilles "il n'y a plus de saison", pourtant on connaissait de belles neiges encore. Aujourd'hui, les effets du réchauffement climatique ne font plus débat tant ils sont visibles et manifestes. C'est plus sympa pour nos SDF que de passer des hivers plus chauds, mais personnellement je n'en suis pas enjoué. C'est inquiétant. Et la responsabilité individuelle dans tout ça ? De la blague. Ce n'est pas moi qui vais changer l'industrie, comprenez-vous ? Et vous non plus. Il y a un moment où la responsabilité individuelle trouve ses limites, et c'est le cas.

Joli parallèle pour parler d'un dispositif d'insertion. Il y a un moment où la responsabilité individuelle sous la forme de culpabilité trouve ses limites. Et c'est le cas...

Ma seule prétention s'il en est, c'est prêter à réfléchir. Donner ma vision des choses par l'expérience vécue. J'ai les ailes carbonisées mais je le ferai jusqu'au bout, même croulant. Parce que je vous emmerde. Non par incivilité, mais par rage de vivre. Et si un jour si on me jette à la rue, je continuerai à produire sur les trottoirs, à la craie. Je gribouillerai les gueules cassées par la folie du monde. Je les arracherai du néant avec mon propre sang... pour vous éclabousser avec. Pour vous dire que c'est ça, le monde, le vrai. Pour dire à ces hauts fonctionnaires qui se cachent derrière des procédures distantes qu'un jour : vous serez cueilli... c'est si facile de "radier" quand on n'a jamais rencontré la personne, et si facile de sortir sa belle morale pour se donner bonne figure quand la situation s'y prête. Moi, on me répond par le silence. Faute de mieux. Au début, je le prenais mal. Mais maintenant je me dis que c'est parce que j'en impose. J'imagine...

En arriver là, il faut vraiment n'être qu'un pauvre type. C'est pathétique...
Et ce pathos, "vous" le provoquez. Parce que les choses pourraient aller tellement mieux dans un système plus vertueux. Je ne suis pas le seul dans la précarité à être plein de ressources. Mais cette apparence de ressources, de projets, c'est une armure. C'est ma carapace. Je reste assez fragile. La preuve : ce type de message. Je ne peux pas dire que ce n'est pas moi, mais ça ne me reflète pas. Seulement, je suis dans cette vie alors je dois bien l'accepter. Mais je ne renoncerai pas à ce qui me fait encore me lever le matin, et même si vous tapez plus fort, et plus fort encore, je brûlerai encore, et plus fort, cette flamme toujours là. Même si je connais quelque bas. Comme en ce moment.

Voilà, ce n'était pas grand chose. Bien sûr que je suis en colère, bien sûr que j'ai écrit, mais je ferai comme les autres : je crèverai en silence.
Mais ce silence, ça pourrait être vous, ça pourrait être l'un de vos proches. Est-ce digne de faire de nous des miséreux ? Doit on rester et persister dans un système punitif alors que ça ne marche pas, c'est un échec ? Pensez-y...

Répondre