Pour être notifié de nouveaux messages, entrer dans un forum puis cliquer sur "S'abonner au forum" (+ infos)

Que peut la fiction littéraire face aux scandales des Ehpad ?

La communauté des travailleurs sociaux se retrouvent sur Les forums du Social depuis plus de 20 ans pour échanger sur les concours, le métier, le diplôme, la formation, la sélection, le salaire, la carrière, les débouchés, la profession, etc.
lesocial
Site Admin
Messages : 641
Inscription : 03 déc. 2017 10:44

Que peut la fiction littéraire face aux scandales des Ehpad ?

Message non lu par lesocial » 18 juil. 2022 09:07

Compte tenu des discours les plus relayés sur l’Ehpad, on peut s’accorder à dire que c’est un lieu-repoussoir, objet d’hostilité, matière à scandale. La publication récente de l’enquête du journaliste Victor Castanet sur les Ehpad privés ORPEA s’ajoute à ces dénonciations, même...

Lire l'article complet ...

Avatar de l’utilisateur
Po3m
Messages : 394
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Que peut la fiction littéraire face aux scandales des Ehpad ?

Message non lu par Po3m » 19 juil. 2022 03:17

Ces dérives dans les pratiques ne datent pourtant pas d'aujourd'hui. Il est fait comme si on découvrait... mais n'importe quoi ! Il y a près de 15 ans j'ai vu un documentaire qui montrait les pratiques scandaleuses qui sont qualifiées de "maltraitance institutionnelle". Je n'ai pu m'empêcher de pleurer (!) en regardant ce documentaire... à cause de certaines scènes. J'aimerais beaucoup retrouver ce docu, je l'ai cherché à plusieurs reprises sans pouvoir le retrouver. C'est dans ce docu que j'ai appris qu'il était (à l'époque) "impossible" de faire fermer l'une de ces structures même si les abus sont avérés et malgré la procédure légale avec procureur de la république etc... les structures restent ouvertes pour beaucoup (parmi celles dont les pratiques par effet de glissement sont au bout du compte devenues proprement indignes et nuisibles, du "dedans" les professionnels concernés soit "ne se rendent plus compte" de la gravité des actes ou non-actes, soit font l'autruche et ont adapté leurs mauvaises pratiques "à la montre" car c'est bien là le problème). C'était à chialer d'ailleurs c'est littéralement ce que j'ai fait. Comment rester insensible face à ces réalités que personne ne voudrait avoir à vivre.

NATTIE
Messages : 235
Inscription : 11 déc. 2017 07:41

Re: Que peut la fiction littéraire face aux scandales des Ehpad ?

Message non lu par NATTIE » 19 juil. 2022 08:26

Bonsoir,

Oui sans aucun doute ces pratiques innommables ont souvent été dénoncées depuis longtemps !!
Cependant ces endroits se sont multipliés , le secteur touchant le domaine de la gérontologie s’est considérablement agrandi , des lois à foison ont été promulguées, pourtant, pour améliorer les accompagnements !!
Et des financiers, des actionnaires s’en sont mêlés, ou ont profité de l’aubaine pour créer du mercantile sur nos anciens sans même apporter du renouveau,de l’innovation, du vrai bien-être malgré à la tête de leurs entreprises de « hauts  »patrons !! ( Orpea parlait de nommer Pepy, l’ex PDG SNCF à la tête du groupe dernièrement 🙃) !!

De toute façon, ce qui a été scandaleux hier, l’est d’autant plus aujourd’hui que les choses se détériorent encore malgré de nouvelles formations des salariées, malgré des décrets de toutes sortes sur l’accueil des personnes dépendantes ou d’autres modalités à coups de slogans publicitaires !!

Oui peut-être qu’en ayant le nez dans le guidon, les employées de ces structures s’aveuglent dans la répétition des actes du quotidien, persuadées qu’elles donnent le mieux de ce qui leur est demandé !!
Mais elles travaillent dans des usines d’humains et comme toutes ouvrières, le timing leur est compté !!!

Pour moi, clairement, il y a aussi des soucis de management dans ces lieux de vie, en mal de gloire qui détruisent aussi des ambiances ou enlisent des frictions palpables souvent dues à des dysfonctionnements récurrents dont elles peuvent peut-être ne pas avoir la possibilité d’y remédier et elles en deviennent outrancières, bravades à défaut d’être en mesure d’apporter de réelles solutions .

Quelques accompagnantes dans leur grande naïveté souhaitent s’imaginer que ce lien intergénérationnel est l’essence même d’une société humaniste et que les personnes âgées malgré un jeunisme toujours recherché de nos jours restent des piliers , une histoire comme éternelle, rien qu’à être à leurs contacts .

Dans d’autres communautés lointaines, les amérindiens, par exemple, les anciens étaient chefs du clan et dépositaires du savoir de la vie, les écouter c’était apprendre….
«  Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle ». Lit-on ailleurs !!

Avatar de l’utilisateur
Po3m
Messages : 394
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Que peut la fiction littéraire face aux scandales des Ehpad ?

Message non lu par Po3m » 28 juil. 2022 00:59

Bonjour Nattie,

" Quelques accompagnantes dans leur grande naïveté souhaitent s’imaginer que ce lien intergénérationnel est l’essence même d’une société humaniste et que les personnes âgées malgré un jeunisme toujours recherché de nos jours restent des piliers , une histoire comme éternelle, rien qu’à être à leurs contacts . "

Je comprends le sens de cette phrase, et vous la présentez comme une forme d'utopie.
En tout cas, vous ne niez pas cette réalité difficile sur le terrain. Ce que je n'aime pas, c'est le comportement "autoritariste" chez le personnel vis à vis des résidents. L'infantilisation. Puis bien sûr les dérives dans les pratiques et la maltraitance pas toujours volontaire, mais "à défaut de pouvoir faire mieux". Ca donne pas envie de vieillir dans notre pays et qu'on ne me réponde pas qu'il y a pire ailleurs car dans l'Histoire la France s'est hissée pour défendre les droits de l'Homme en regardant vers le haut, pas en se comparant à ce qui se fait de pire ailleurs...
La démographie nécessite une profonde restructuration de ces prises en charge et c'est déjà en marche si j'ose dire puisqu'il y a des nouveaux types de logements qui se construisent, permettent à des personnes âgées de vivre dans des conditions plus décentes comme locataires.
Mais il faut garder en tête que les personnes âgées sont très vulnérables. J'ai entendu l'histoire d'une personne âgée, qui, à cause de la perte de son dentier, ne pouvait plus se nourrir correctement. C'était une dame "en pleine peau", très rapidement sans dentier (je précise que ça date) elle en est décédée. Ca va vite, la vie a cet âge (autour de 90 ans) ne tient qu'à peu de choses. Il suffit d'être alité quelques jours seulement pour rapidement perdre certaines capacités difficiles à récupérer. Prendre la décision d'aliter une personne âgée ou de la maintenir alitée, dans certains cas, est de la maltraitance ! Tant les conséquences sont lourdes... S'il n'y a plus de personnes proches, aimantes, de famille autour de ces personnes âgées, le personnel en font ce qu'ils veulent, si une personne est pour ainsi dire laissée sans surveillance. On ne peut pas se fier au personnel par défaut dans ces structures.

NATTIE
Messages : 235
Inscription : 11 déc. 2017 07:41

Re: Que peut la fiction littéraire face aux scandales des Ehpad ?

Message non lu par NATTIE » 28 juil. 2022 01:39

Bonsoir Po3m,

Oui vous avez raison, une petite perte d’autonomie ou des petits riens comme la disparition d’un dentier , d’un sonotone ou la venue d’un mal qui pourrait paraître anodin peuvent effectivement virer à un drame ou en tout cas à des altérations de santé….

Longtemps j’ai essayé de m’aveugler dans ces endroits car je trouvais du sens à ce que je faisais et c’était un public avec qui je m’entendais bien, que j’affectionne beaucoup !!
À chaque fois que finalement je trouvais que mes valeurs ou en tout cas la considération que je me faisais de mon métier étaient mises à défaut où je n’étais plus qu’un gant de toilette ou une machine quelconque, une exécutante dans l’usine d’humains où on quantifiait mon nombre d’accompagnements en une matinée de 3h , à 10 toilettes par soignante !!
Où on ne demandait ni de penser ni même de vouloir communiquer avec les résidents, je prenais la tangente sachant que c’est un secteur qui recrute beaucoup !!

Mais j’y ai laissé mes illusions sur mon métier et également sur la race humaine à laquelle je n’ai jamais excessivement cru !!😅
Je comprends ce que vous dites sur l’infantilisation sachant aussi que beaucoup de leurs enfants, eux-mêmes se positionnent ainsi avec leurs parents en les enfermant dans leurs «  régressions » !!

Ce qui m’a aussi perturbé c’est l’appropriation de l’institution sur ces patients, tout passe par eux, ils décident de tout , malgré des règlements pour que l’usager malgré son grand âge et sa famille reprennent le contrôle sur sa Vie et ce qu’il est dans son entièreté !!!

Ma dernière expérience sordide a eu raison de moi , de ma vocation, de mon métier passion et m’a dégoûté de ces lieux que je défendais il n’y a pas si longtemps !!!

De toute façon, le manque cruel de personnel est déjà un obstacle à de bons accompagnements et malheureusement étant donné qu’il n’y a plus d’industrie en France, on se retrouve aussi avec des postulantes qui exercent là comme elles travailleraient à des usines de poulets, sans affect sans réflexion sans humanité !!

Bon je vais arrêter là mes critiques acerbes car j’ai tourné cette page de ces lieux où il y a encore beaucoup beaucoup de renouveau à apporter !!

Avatar de l’utilisateur
Po3m
Messages : 394
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Que peut la fiction littéraire face aux scandales des Ehpad ?

Message non lu par Po3m » 02 août 2022 02:55

Bonjour Nattie, Je comprends vos ressentiments. D'un autre côté, ces structures défaillantes ne pourront plus autant compter sur "le sang neuf" chez la jeunesse, car si les jeunes sont plein d'espoir et de bonne volonté, le réseau fait qu'ils sont aussi beaucoup plus informés de la réalité des pratiques et de leurs limites/conséquences. Aujourd'hui, tout se sait plus vite et je pense que le contre-coup, et bien simplement les jeunes constatent une volonté de ne surtout pas changer ce qui ne marche pas : c'est décourageant, et les jeunes ne sont pas masos. D'où une désertification croissante de ces milieux professionnels, et plus généralement dans le médical. Et ça se comprend : tu ne vas pas là où l'on ne veut surtout pas que tu contribues à changer les choses, là où au bout du compte : tu finiras par te sentir inutile dans un environnement totalement contre-productif. Avant, il fallait y travailler quelques années pour en prendre conscience. Aujourd'hui, il n'y a plus besoin d'y travailler directement pour savoir qu'en fait, sur le plan politique, tout le monde s'en fiche car ce n'est pas un sujet vendeur, on ne fait pas une carrière politique en s'attaquant frontalement à ces problèmes de fond. Des gens qui ne sont pas motivés par des choix de carrière et réellement dévoués à une meilleure marche de la société, il y en a mais ils sont rares.
Ceci dit je trouve admirables les personnes qui sont tournées vers les autres. Pour ma part, je me sens "incapable" de travailler au sein d'un environnement hostile aux valeurs essentielles et humaines.

NATTIE
Messages : 235
Inscription : 11 déc. 2017 07:41

Re: Que peut la fiction littéraire face aux scandales des Ehpad ?

Message non lu par NATTIE » 02 août 2022 03:40

Bonsoir,

C’est étrange ce que vous dites : « Pour ma part, je me sens "incapable" de travailler au sein d'un environnement hostile aux valeurs essentielles et humaines »…
Mais normalement nous sommes justement là pour ça, pour ses valeurs humanistes, de solidarité , d’entraide mutuelle et bien heureusement nous les vivons malgré tous ces dysfonctionnements et ces misères d’incompréhension !!
J’ai vécu dans ces endroits des moments extrêmement forts et magnifiques ! J’ai accompagné des personnes centenaires qui resteront à jamais dans ma mémoire alors que je n’étais rien pour eux et inversement !!
J’ai rencontré des êtres qui m’ont raconté leurs longues histoires avec plein de rebondissements , à qui j’ai tenu la main quand ils avaient peur ou qu’ils ne savaient plus qui ils étaient et ils m’ont apporté tout autant !!
J’ai beaucoup ri et j’ai également beaucoup souffert dans ces lieux, pourtant cela m’a également grandi et rendu plus humble, plus patiente, plus douce, plus philosophe face à cette Vie, face à cette Mort, à la souffrance, à la maladie, à la vieillesse qui n’est souvent que physique puisque l’esprit et l’envie demeurent souvent intacts malgré ce long temps écoulé dans un corps meurtri !!

J’ai aimé accompagner ces Vieillards, m’asseoir à côté d’eux et être à leurs services, dévouée !!
J’ai beaucoup appris d’eux et ils m’ont donné confiance en moi ! J’ai également cherché mon histoire à travers eux, j’ai vécu mille vies parmi eux !!
Malgré l’institution, les infrastructures, il y a des rencontres possibles qui sont au-delà de tout ce fatras !! Justement, je pense que travailler parmi nos grands-pères et nos grands-mères, c’est l’école de la vie et tout le monde devrait faire un stage long 😅en gériatrie pour mieux comprendre tout ce que représente une pleine existence , apprendre les rigueurs d’un métier noble et Naturel !!
C’est un combat que nous menons inlassablement dans nos métiers pour défendre les droits d’autrui, et être là dans nos accompagnements par revendication, qu’importe les aléas, nous portons le drapeau de la considération inconditionnelle pour chaque être vulnérable !!

Donc cela renouvellera ces équipes souvent féminines , bougonnes et épuisées par ce manque de reconnaissance, par cette société ultra sophistiquée niant la beauté et la clairvoyance de la Vieillesse, de la personne âgée !! 🙏🏾

Avatar de l’utilisateur
Po3m
Messages : 394
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Que peut la fiction littéraire face aux scandales des Ehpad ?

Message non lu par Po3m » 02 août 2022 04:30

En fait, c'est vrai qu'il faut inculquer l'initiative citoyenne du côté de la jeunesse.
Je me disais qu'à la place de supprimer le service militaire, il aurait fallu mettre en place un service citoyen pour permettre de découvrir ces milieux et donc favoriser des prises de conscience, mais ce n'est pas suffisant. C'est difficile lorsqu'on n'a pas reçu et je parle pour moi, cette culture sociale, qui ne m'a pas du tout été transmise. Ca fait partie de mes regrets. Le fait de ne pas avoir été poussé vers l'extérieur, ouvert "aux autres" mais de façon concrète et sociale. Aujourd'hui, je ressens cette carence de plus en plus comme un manque, de me dire que je devrais m'inscrire davantage dans la société, marche associative ou autre. Mais la marche concrète d'une telle initiative "me met en PLS" (pour dire comme les jeunes) rien qu'à m'y projeter.

Pour ce qui concerne les personnes dites âgées, j'ai toujours eu conscience de la richesse que portent les aînés. J'allais écrire "les anciens" mais je me suis ravisé : car ils sont présents, à juste titre, et non passés ! Et ne doivent pas être réduits par la société à un état de produits de rentabilité. Ca, c'est le problème qui concerne absolument tout le monde et c'est ce pourquoi la société se maltraite elle-même. C'est que dans notre société, "tout doit être utile". Hors, la vie, la vraie vie, ce n'est pas ça. Tout n'est pas forcément utile, tout ne doit pas forcément être rentable, et vouloir inscrire un processus de rentabilité dans un domaine où la relation à l'autre devrait prévaloir, c'est nuire aux principes du social eux-mêmes. C'est déshumanisant.

Le tout utilitaire à des fins de rentabilité pour uniquement répondre à un principe de croissance illimitée dans un monde pourtant fini est la racine du mal que connait notre civilisation. Nous en payons tous le prix.

"Pour ma part, je me sens "incapable" de travailler au sein d'un environnement hostile aux valeurs essentielles et humaines"

C'est vraiment global. Mon propos peut s'appliquer à tous les secteurs. A ce titre, je ne peux pas avoir affaire à des gens qui confondent leur personne et la fonction qu'ils occupent, surtout si c'est un moyen pour ces personnes d'exercer une autorité mais de la "mauvaise autorité", celle qui confère un sentiment de pouvoir, donne le sentiment de se croire supérieur. Perso, très sincèrement et surtout suite à mes expériences récentes, c'est plus fort que moi : non seulement je ne peux plus, mais je me ferai un malin plaisir à remettre ce type de personne à sa place, que ce soit en public ou non. Bref, très rapidement l'on me ferait passer pour quelqu'un d'indésirable ou de mauvais, car bien sûr je n'ai pas autant d'habileté sociale que ces personnes qui savent très bien retourner la situation en leur faveur. Pour ma part, je me sens limité, je ne suis pas aussi bon manipulateur que ce type de personnes que je considère réellement comme mauvaises. On m'imagine probablement ingérable : à tort.

NATTIE
Messages : 235
Inscription : 11 déc. 2017 07:41

Re: Que peut la fiction littéraire face aux scandales des Ehpad ?

Message non lu par NATTIE » 02 août 2022 05:03

Re-bonsoir,

Après dans nos métiers, nous pouvons travailler dans des unités restreintes ou à domicile avec des horaires en décalés pour éviter les imbroglios, les prises de tête inutiles ou les pervertissements… même si finalement travailler en équipe de jour comme de nuit ou en solo , il y a forcément des accointances car nous ne sommes pas non plus sur une île déserte !! 😅
Pièces jointes
2C5CBFE4-72B6-4CFF-9FBA-B8BC9FF96460.jpeg
2C5CBFE4-72B6-4CFF-9FBA-B8BC9FF96460.jpeg (135.65 Kio) Consulté 244 fois

Avatar de l’utilisateur
Po3m
Messages : 394
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Que peut la fiction littéraire face aux scandales des Ehpad ?

Message non lu par Po3m » 02 août 2022 05:21

C'est marrant, tout récemment j'ai écouté l'histoire vraie d'un homme, celui qui a inspiré l'histoire de Robinson Crusoé.
https://www.youtube.com/watch?v=Qqo-AeZvYG0&t=3s

Oui clairement c'est un peu ça, "je suis sur mon île", enfin je devrais dire Tour d'ivoire... d'une certaine façon.
Je pourrais aussi dire "dans ma propre prison" : paradoxalement dans la quête d'une liberté.

Mais je digresse ! Je vous souhaite une très bonne (fin de) nuit, ou une bonne journée ! :D

Répondre