Pour être notifié de nouveaux messages, entrer dans un forum puis cliquer sur "S'abonner au forum" (+ infos)

" Vas-y, raconte!" En route pour de belles aventures intergénérationnelles

La communauté des travailleurs sociaux se retrouvent sur Les forums du Social depuis plus de 20 ans pour échanger sur leur engagement dans le travail social, les concours, le métier, le diplôme, la formation, la sélection, le salaire, la carrière, les débouchés, la profession, etc.
EMO-SON
Messages : 1
Inscription : 05 mars 2019 12:53

" Vas-y, raconte!" En route pour de belles aventures intergénérationnelles

Message non lu par EMO-SON » 05 mars 2019 12:59

Un beau projet intergénérationnel pour accélérer la collecte des mémoires, astuces et savoirs faire de nos aînés dans les territoires !
Une proposition originale pour capitaliser les témoignages vécus et récits d'événements passés à l'échelle locale, bien utile aujourd'hui pour mieux préparer demain :D Et vous, qu'en pensez-vous ?

Regardez, écoutez, votez et faites tourner... https://www.kocoriko.fr/fr/projects/vas-y-raconte

Initiative empreinte d'humanité !!! Aucune participation financière, seulement celle du cœur.

NATTIE
Messages : 107
Inscription : 11 déc. 2017 07:41

Re: " Vas-y, raconte!" En route pour de belles aventures intergénérationnelles

Message non lu par NATTIE » 22 oct. 2020 23:01

Bonsoir,

Lorsque j’étais AMP de nuit, j’ai rencontré Me D que j’accompagnais au coucher lors de mon service pendant au moins 5 ans , nous vivions une belle rencontre et chaque soir j’avais le droit à une partie de son histoire de vie, plus lié à son enfance, sa jeunesse , ses frères et sœurs , ...elle ne m’a jamais évoqué ou peu la suite, la rencontre avec son époux, ses enfants...

Lorsqu’elle était en fin de vie , une de ses filles a tenu à être présente tout au long de ce moment, elle dormait sur ce fameux fauteuil ergonomique dont Me avait amené de chez elle et qui occupait une place importante dans sa chambre , dans cet atmosphère qu’elle avait ritualisé.
Dans la nuit, vers 4h , Me D sonnait systématiquement pour ne plus rester dans son lit prétextant des douleurs et souhaitait ardemment finir l’aube installée sur ce gros fauteuil ....
Je lui plaçais tout à sa portée , sa radio à la fréquence France Inter qu’elle suivait depuis des décennies et dont nous partagions des émissions communes, sa carafe d’eau, sa sonnette...comme chaque nuit sur la table adaptable tout en continuant à écouter son histoire et en discutant aussi de divers autres sujets .
C’était pour moi comme un très bon roman et j’attendais toujours implicitement les rebondissements de ce qu’elle me livrait de nuit en nuit...

Quand sa fille est intervenue pour l’accompagner dans ce passage vers la mort qui est arrivé tout doucement sur plusieurs jours et lors de nos tournées de changes , de surveillance, j’en profitais pour m’enquérir du bien-être de celles-ci en engageant la conversation, sa fille confiait le rapport distant qu’elles avaient entretenu , de ses croyances sur l’agonie, l’environnement familial de sa maman.
J’y retrouvais des passages parmi lesquels des images , des événements de fratrie qui m’avaient été transmis .

Avec bien sûr beaucoup de pudeur, je rebondissais sur tels ou tels souvenirs que Me m’avait raconté, sa fille a été surprise, émue, enchantée de savoir que nous avions autant créé un Lien humain ...
Effectivement de 4 à 5h du matin c’était soit disant mon heure de pause et Me D sonnait à cet instant-là , de plus je l’aidais dans les gestes du quotidien pour son coucher. Nous en avions eu du temps pour échanger.

Quelques années avant son entrée en EHPAD, sa famille avait souhaité qu’elle écrive un petit livre pour les enfants, les petits-enfants, pour stimuler sa mémoire , son autobiographie principalement sa jeunesse, son enfance et juste après son décès sa fille m’a confié le temps de la lecture ce livre qui était là, dans cette commode face à son lit dont elle ne m’en avait jamais dit mot .
Et tout était présent, son surnom dans cette famille de 7 enfants , ses pérégrinations dans divers régions avec ses proches , la mort de son père et sa mère veuve alors que Me D était enfant , sa complicité avec ses sœurs qui étaient modernes pour l’époque et sa jeunesse à Paris pendant la seconde guerre mondiale, ....

Merci Me D, je suis remplie de tout plein de souvenirs et d’une humilité, d’une force par cette confiance établie...🙏🏾

Répondre