vers la fin des E.S.A.T ?

La communauté Moniteur d'atelier se retrouve sur Les forums du Social depuis plus de 20 ans pour échanger sur les concours, le métier, le diplôme, la formation, la sélection, le salaire, la carrière, les débouchés, la profession, etc.
lucien

vers la fin des E.S.A.T ?

Message non lu par lucien » 01 mai 2015 00:01

Bonjour,

pensez-vous que dans un tel contexte économique et social, les E.S.A.T peuvent survivre ou va-t-on gentiment dériver vers le "+ production" au détriment du social (en fait c'est ce qui se passe déjà dans mon E.S.A.T, plus de production, moins de "social")? les E.S.A.T vont-ils/doivent-ils se transformer en E.A et concernant le statut de "travailleur" en E.S.A.T que pensez-vous de cet article (voir lien en bas) qui soumet l'hypothèse d'une discrimination salariale .?

http://danielgacoin.blogs.com/blog/2013 ... esat-.html

sonia

Re: vers la fin des E.S.A.T ?

Message non lu par sonia » 16 mai 2015 23:57

Bonjour Lucien,
A mon avis oui, on court vers la fin de la mission des ESAT qui est l'activité professionnelle à caractère médico social peuvent un jour devenir des entreprises économiques.
Des hypothèses:
1) Suite à la crise, La réduction des effectifs dans les entreprises ordinaires , ces dernières recourent au milieu protégé pour:
a) La sous traitance car ça coûte moins cher que des salariés.
b)Pour satisfaire le taux des 6% de l'obligation d'emploi des travailleurs handicapés, afin de payer moins de contributions.
2) Les ESAT peuvent s'exténuer un jour, car leur activité de sous traitance est menacée par le phénomène de délocalisation. Si la sous traitance du secteur protégé et adapté est rentable, la délocalisation l'est plus, la mains d'oeuvre dans certains pays est compétitive.
3 ) Il reste la question du salaire de l'usager de l'ESAT, qui n'est pas compatible à l'effort fourni, malgré les activités éducatives sont comprises dans les 35H. Est ce réellement logique de payer un salarié 50% du SMIC sur 35H de travail, sachant que les activités dans le secteur protégé sont épuisantes, exemple: la manutention: les travailleurs sont obligés de suivre un rythme de travail à la chaîne, pour répondre au objectif de productivité, donc on estime: fatigabilité, absentéisme, geste répétitif,...etc
4) Concernant les droits de la personne au travail: les droits relèvent du code de l'action sociale et de la famille et non des droits inscrit au code du travail: comme la formation CIF, DIF,(except la VAE et la reconnaissance des compétences et acquis) droit au chômage,...
Pour la formation des dispositifs existent pour la VAE, des expériences de certains ESAT pour faire reconnaître les compétences des Travailleurs par l'obtention d'un diplôme ou certification. Si ce dispositif est bien bénéfique pour la personne (reconnaissance), pour l'ESAT (valorisation des compétences des travailleurs auprès des donneurs d'ordre), ça reste limiter: car l'un des objectifs d'une VAE est la mobilité interne ou externe, mobilité en milieu ordinaire. et ça j'ignore s'il y a de résultat. Il est fort possible que les ESAT conservent les meilleurs de la maison pour maintenir la production, et ça croise l’hypothèse du devenir de l'activité médico social en activité purement économique.
Restant optimiste sur ce devenir, car les gestionnaires de ces ESAT et EA, généralement sont des associations telle que: APF, APAJH, et bien d'autres et qui dit ces associations dit: PARENTS DEs PERSONNES HANDICAPÉES, qui veillent au respect et la dignité des personnes handicapées.
Espérant avoir apporter une vision sur le devenir de ces établissements.
Je reste ouverte à un échange d'autres idées sont les bienvenues.

Donni

Re: vers la fin des E.S.A.T ?

Message non lu par Donni » 21 mai 2015 08:37

Bjr,

Concernant le statut des usagers d'ESAT, la décision récente de la CJUE peut en effet se traduire par le basculement vers le statut de salariés, et donc vers la fin des ESAT, en effet. Mais c'est loin d'être fait, le Sénat ayant par ailleurs donner un avis favorable au maintien du statut actuel (CASF et non code du travail donc). A ce sujet, cela fait 15 ans que je travaille en ESAT, et 15 ans que j'entends parler de cette "vieille lune", alors que la loi 2005-102 a renforcé notre identité médico-sociale et les droits de nos usagers.

Pour rebondir sur les remarques de Sonia, quelques nuances :
- l'activité de "sous-traitance" est loin d'être menacée (là aussi, une vieille lune alors que si j'ai vu pas mal de PME fermer notamment depuis 2008, je n'ai pas connaissance d'un seul ESAT ayant fermé ses portes ...) ; les ESAT ont / doivent par ailleurs diversifier leurs activités pour à la fois équilibrer leur modèle et résultats économiques et répondre aux aspirations des usagers pour la pratique d'autres activités : la sous-traitance n'est plus qu'une activité parmi beaucoup d'autres que nous proposons ... et les entreprises recourent aussi aux ESAT en nous reconnaissant 2/3 compétences ... et pas uniquement pour satisfaire à l'OETH ou parce que nous coûtons moins cher (ce qui est d'ailleurs très faux pour ce qui nous concerne car nous sommes "dans les prix du marché", puisque nous ne visons pas à dévaloriser les compétences de nos usagers, mais bien à les valoriser ...) ;
- les usagers d'un ESAT (et non les "salariés") ne perçoivent pas un salaire en contre partie d'une production (sinon, ils seraient salariés ...), et en tout état de cause, ils ne perçoivent pas 50% du SMIC mais, a minima, 55,1% du SMIC + AAH différentielle ... mais ceci peut aller jusqu'à 110% du SMIC.
- Quand vous indiquez que les activités sont "épuisantes", c'est qu'il y a souci à mon avis, car la différence majeure entre une entreprise et un ESAT, c'est qu'en ESAT, nous devons proposer des activités dans des conditions adaptées : l'organisation du travail, le rythme, etc doivent être adaptés aux usagers ... alors qu'en entreprise, c'est aux salariés à s'adapter aux exigences de celle-ci. Aussi, si je peux entendre que certains ESAT ont dérivé vers un modèle "productiviste", j'en vois aussi beaucoup qui ont conservé très clairement une vocation et un modèle clairement médico-social, tout en assurant l'équilibre du modèle économique.
- Et je partage votre point de vue quant à la plus value "éthique" apportée par les organismes gestionnaires de type assoc d'usagers ou de parents : entre avoir un fond de pension à sa tête dans un modèle capitaliste et un conseil d'administration à la gestion désintéressée, cela change obligatoirement la finalité de l'ESAT, les conditions d'accueil et de travail proposé et le respect des droits des usagers. A nous de faire valoir cette force, et cette différence.

Salutations,

Sonia

Re: vers la fin des E.S.A.T ?

Message non lu par Sonia » 30 mai 2015 21:49

Bonjour à tous,
Merci Donni pour votre éclaircissement. Il est vrai que la double vocation des ESAT (médico social et production) est complexe à comprendre d'autant que certains ESAT reste flou sur leur organisation, le type de management.
A titre d'exemple, je voulais travailler sur le sujet de l'activité économique et la rentabilisation de l'ESAT X, je me suis vue refuser catégoriquement par l'ESAT. comme si tout ce qui concerne argent est tabou.je ne généralise pas, et heureusement il y a de l'innovation sociale et des expérimentations de toute sorte dans le but d'apporter le meilleur à l'usager.
A ce sujet je suis menée à travailler sur la VAE des travailleurs handicapés ce que je trouve extraordinaire de valoriser leurs compétences par la reconnaissance des savoir faire ou par un diplôme ou certification. Le seul point qui n'a pas encore bougé dans cette démarche est la finalité de ce dispositif de RSFC-VAE est il n'y a pas eu (ou peu) de résultat de mobilité en milieu ordinaire du travailleur handicapé dans le respect de son projet.
Je souhaite savoir plus d'information si vous avez participé à ce dispositif, qui je rappelle demande beaucoup d'investissement de l'ensemble du personnel professionnel et des travailleurs handicapés, ainsi un changement dans l'organisation: mettre en place un chargé d'insertion ou chef de projet, planning, moniteurs...

Merci à l'avance

Sonia

donni

Re: vers la fin des E.S.A.T ?

Message non lu par donni » 01 juin 2015 09:16

Bjr,

Il faut distinguer la RAE (dont le dispositif "Différents et Compétents") et la VAE, qui ont, à mon sens, 2 finalités différentes.

Pour ma part, j'ai choisi de ne pas m'engager dans la RAE compte tenu de l'investissement très conséquent nécessaire, et de résultats pour le moins ... discutables. Et, en tout état de cause, la RAE permet surtout de travailler sur l'estime de soi (il y a d'autres moyens beaucoup plus efficaces à mon sens), et n'est qu'une étape préalable à l'entrée d'une démarche d'insertion en mo. Mon constat, mais ceci dépend du public accueilli, est que l'absence de qualification est très loin d'être le premier frein à l'insertion (notamment dans le champ du handicap mental) : la méconnaissance du handicap et les représentations négatives qui l'entoure (notamment dans le handicap mental et psychique) sont, par exemple, un frein bien plus important, et l'apport d'un diplôme ou d'une qualification n'apporte rien en la matière. L'entourage familiale est également souvent un frein important, la confiance en soi, ou encore la "mobilité" notamment dans des territoires ruraux. Donc, pour notre part, nous avons surtout mis l'accent sur freins là pour initier les parcours d'insertion, en levant les freins "un à un" à travers divers dispositifs : les stages / MAD permettent par exemple à la fois de changer le regard sur le handicap et d'apporter beaucoup de confiance. Nous organisons / finançons l'accès à la mobilité à travers divers dispositifs. Les familles, lorsque nécessaire et avec accord de l'usager, sont associées au projet d'insertion, et rassurées à travers le suivi "post insertion" et le "droit au retour en ESAT" en cas de difficultés.

Mais bien avant tout cela, c'est au travers du Projet Associatif et du Projet d'Etablissement, et du management quotidien de l'organisation (arbitrage entre insertion et maintien en ESAT des "meilleurs éléments" qu'auraient tendance à "retenir" certains professionnels ...) que l'ambition d'autonomie, d'insertion, voire d'inclusion, doit être porté. Vaste sujet, difficile à traduire en quelques lignes, mais c'est bien une stratégie globale qui doit être mise en œuvre, mettant en cohérence, les valeurs portées, les moyens nécessaires (humains au travers de l'accompagnement social et professionnel, mais aussi techniques et budgétaires), l'organisation mise en place, et les choix opérés quotidiennement.

S'agissant de la VAE, nous la mettons en place de manière très personnalisée, mais c'est un long chemin pour des personnes handicapées mentales et, encore une fois, la qualification n'est pas le "graal" absolu s'agissant des travailleurs handicapés dans leur parcours d'insertion. L'enjeu se situe surtout, de mon point de vue, dans notre capacité à compenser les différentes situations de handicap, tant en termes d'actions préventives, que de services / dispositifs d'accompagnement.

Salutations,

Sonia

Re: vers la fin des E.S.A.T ?

Message non lu par Sonia » 02 juin 2015 19:55

Pour la VAE et LA RAE ont été adapté aux capacités d'apprentissage des travailleurs d'ESAT, donc qui dit simplification dit accessibilité. d'après mes documentations le dispositif "Différent et compétent" le travailleur montre ce qu'il fait (concret), explique (abstrait), et adapte avec de la comparaison (avec des exemples déjà vu en stage...), et cet apprentissage est tiré des expériences des travailleurs, et moniteurs ainsi de différents vision des psychopédagogues sur le traitement intellectuel, cognitif de l'information. je dis pas que c'est un travail facile à faire tant pour les travailleurs que pour les équipes.
Donc si j'ai bien compris votre analyse, pour connaitre la les possibilité d'une mobilité dans le milieu ordinaire, je dois analyser le projet associatif, projet d'établissement et son management (gestion des ressources humaines, GPEC,) et justement est ce que les ESAT sont communicatifs sur ce genre d'information.
Les ressources humaines travailleurs handicapés en ESAT, sont ils gérés à l'identique des entreprises avec bien sure la prise en compte de la déficience.
justement, c'est quel type de management appliqué aux ESAT?
je suis noyée avec le sujet de la VAE à dimension management :)
désolée pour les tas de question, mais j'essaye d'avoir un bagage avant de me présenter auprès des ESAT sur ce sujet, un peu crédibilité rassurera.

Merci beaucoup.

donni

Re: vers la fin des E.S.A.T ?

Message non lu par donni » 03 juin 2015 08:32

Bjr,

Il ne me semble pas que la VAE ait été adaptée aux travailleurs d'ESAT, mais je me montre peut-être ... si ce n'est que le "handicap" peut / doit effectivement être pris en compte (compensation), mais cela n'a rien de spécifique aux ESAT. Quant à la RAE, et notamment à travers le dispositif "Différents et Compétents", cela est spécifique aux ESAT, bien qu'il est en train d'être déployé dans certaines EA, IME, etc.

Quant à la question de l'insertion en mo des usagers d'ESAT, il me paraît en effet opportun de mettre en perspectives, et en cohérence, Projet Associatif, d'Etablissement, moyens, pratiques professionnelles, et objectifs. Dans une association (ou un établissement) où les valeurs portées / incarnées sont davantage orientées vers la protection, le droit au travail protégé, les résultats économiques de l'ESAT etc, vous pourrez mettre en place tous les dispositifs existants, il y aura à mon avis très peu d'insertion en mo, RAE ou pas RAE.

S'agissant de la GRH "travailleurs handicapés", elle est assez différente des salariés (d'une entreprise ou d'une association) : les travailleurs handicapés sont des usagers d'un établissement qui doit leur rendre une mission, servir des prestations, atteindre des objectifs. Ils relèvent du CASF, et non du code du travail (sauf pour la partie "sécurité & conditions de travail"). Il n'existe pas de lien de subordination, pas de contrat de travail, pas de salaire en tant que tel versé en contrepartie d'une production. Ils ne sont pas représentés au sein d'IRP, mais au sein d'un CVS qu'ils président. Bref, on ne peut pas avoir la même approche / gestion de salariés qui doivent accomplir une mission / atteindre des objectifs pour le compte d'une entreprise / association employeur, d'usagers d'un ESAT pour lesquels c'est à nous d'accomplir une mission et d'atteindre des objectifs. Nous sommes dans une relation éducative, pas dans une relation hiérarchique : à voir si la notion de "management éducatif" existe pour répondre à votre question, et si cela n'existe pas, les ESAT l'ont inventé, et le réinvente quotidiennement!

Au sujet de la VAE à dimension "management", je ne vais pas vous être très utile, car je ne suis pas très favorable à ce dispositif (tant pour les salariés que pour les travailleurs d'ESAT), qui me paraît très adapté à certains secteurs d'activités en "reconversion" (industrie, services bancaires actuellement, etc), mais pas franchement au nôtre. C'est par ailleurs une démarche très personnelle, sans que l'employeur y soit associé : donc, en terme de management, je ne vois pas trop l'intérêt, mais j'ai du passer à côté de quelque chose, certains l'utilisant très largement (une VAE coûtant beaucoup moins cher qu'une formation, c'est peut-être l'une des raisons ...).

Salutations,

Baleste..;

Re: vers la fin des E.S.A.T ?

Message non lu par Baleste..; » 04 juin 2015 19:37

Bonjour,

Je prends ce post en cours de route et suis surpris par les commentaires concernant la VAE, (VALIDATION des ACQUIS de l’EXPERIENCE ...).

Pourquoi les personnes handicapées (parfois lourdement) ne seraient pas capables d’acquérir une expérience ?
Plus de trente ans en poste de direction de CAT puis ESAT, j’ai utilisé les deux types de reconnaissance. Avec, au début, des formations directes réservées à quelques psys ayant été scolarisés : résultats deux CAP de cuisinier et deux CAP d’horticulture (option aménagement d’espaces verts).

Un boulot énorme, heureusement soutenu par la volonté collective d’y parvenir : déplacements dans les centres de formation, travail et révision théorique (cours et leçons), stage, suivi des stages...

Pour les cuisiniers, nous avons optés pour une VAE, mais de manière modeste. Une VAE de « COMMIS DE CUISINE » ... Pas question d’attaquer en visant le sommet : « cuisinier »
Résultat : dix personnes présentées et neuf reçues (et encore, la dixième n’avait qu’une forte volonté de nuire en participant pas.) Pas de diplôme mais un TITRE PROFESSIONNEL de COMMIS... Un CAP est un diplôme de l’éducation nationale et comprend, pour être complet, un large volet théorique auquel nombre de personne handicapées mentales n’ont pas accès.
Le titre professionnel est un titre du ministère du travail. Nuance.

Le montage des dossiers, la nécessité de faire des stages pratiques coûtent cher !!! L’investissement humain est grand (CIBC ? Inspecteurs du Travail, Etablissement qui ont accepté nos stagiaires, moniteurs d’ateliers etc...) Mais, au final, une véritable aventure. Un enthousiasme qui a éclairé le départ en retraite d’un de nos directeurs.
Des provisions financières importantes (cela a un prix, je le rappelle) avaient été laissé à mon successeur pour les équipes d’espaces verts. Pour des raisons que je ne veux pas connaître, la VAE du titre initial des métiers de la nature n’a pas été faite. Dommage.

N’hésitez pas à vous lancer dans une VAE collective, par équipe de travail (restauration, manutention, laverie, espaces verts). J’y vois plusieurs bénéfices :

Les moniteurs sont heureux d’être reconnus à travers le savoir faire des TH. De « leurs » TH...

C’est très valorisants pour des personnes (j’avais de trisomiques dans la cuisine.. Si ! si !) pour des personnes qui n’ont jamais rien foutu d’autre qu’enfiler des perles en IMP...

Enfin, les ESAT risquent ainsi de retrouver et de défendre, autrement qu’en raisonnements suspects, leur vocation médico-sociale.

PS : Google puis CAT de la CLARE et vous verrez une VAE, enfin, un petit bout...
Bonne soirée à tous.

Baleste

Re: vers la fin des E.S.A.T ?

Message non lu par Baleste » 05 juin 2015 09:46

Mille excuses, sous le coup de l'émotion, moi qui suis si pointilleux sur l’orthographe j'ai laissé passer un certain nombre de fautes d'accord.
J'espère que vous me les pardonnerez.

donni

Re: vers la fin des E.S.A.T ?

Message non lu par donni » 05 juin 2015 13:32

Bjr,

Pour ma part, je ne dis pas qu'ils "n'en sont pas capables", je dis simplement que cela ne m'apparaît pas comme étant un frein (l'absence de qualification) ou un levier (obtention d'une qualification) primordial dans le cadre de l'accession au milieu ordinaire de travail. Vous dites vous-mêmes que c'est un lourd investissement en terme de temps d'accompagnement, et d'argent. Avec ce même temps, et ce même argent, il me semble que l'on peut mettre en place d'autres actions beaucoup plus pertinentes.

En tout état de cause, nous le faisons (RAE ou VAE) de manière personnalisée, dans des situations très précises. Mais ce n'est pas un élément essentiel de nos actions. C'est ce que j'ai voulu exprimer.

Et je trouve très bien que les établissements fassent des choix différents, au regard de leur histoire, de leurs valeurs, de leur public et de leur environnement, sans tomber dans le panurgisme et les effets de modes, au gré des injonctions de l'Etat financeur ...

Salutations,

Répondre