Bleus de nuit

La communauté des travailleurs sociaux se retrouvent sur Les forums du Social depuis plus de 20 ans pour échanger sur les concours, le métier, le diplôme, la formation, la sélection, le salaire, la carrière, les débouchés, la profession, etc.
Avatar du membre
Po3m
Messages : 104
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Bleus de nuit

Message non lu par Po3m » 01 févr. 2018 00:31

Les mains que l'on tient
souvent finissent par nous lâcher
ils s'évadent, ils nous enlèvent ces yeux que l'on aimait
Les amours s'égarent, s'évanouissent
Et ces yeux que l'on aimait nous laissent des bleus
des bleus de nuit, de la couleur du ciel, de la vie dans les yeux
Oui, ces yeux pourtant qui nous oublient, que l'on oublie aussi
Les rêves qui nous tiennent, de jolis mots, des illusions
Pour un monde qui n'arrête pas de nous rouler
de nous prendre pour des cons

Alors, laisse
Laisse glisser, laisse rouler
laisse la couleur du sang s'évader
traverser le temps, passer le miroir de la vie
et du monde qui s'enfuit

Putain laisse, laisse glisser
laisse s'évader le temps
et la couleur du ciel rougir
à la vue des océans le soir

alors laisse, laisse passer le temps, le soleil et la lune
ils s'en vont puis reviennent
comme les couleurs d'un peintre
et le cycle des saisons
Tu es dedans, tu es dedans...

Tu n'es pas obligé d'y penser malgré les songes
ces vagues qui te rongent, flot continu des illusions
ces vagues qui t'inondent dans un monde qui n'arrête pas
de nous rouler, de nous prendre pour des cons

Alors laisse, tu fais partie d'un tout, tu crois en ta souffrance
mais tu ne sais pas encore quelle importance, quelle importance
Laisse...

De l'amour on s'en fait, mais crois-moi on s'en fout
Ca fait partie d'un tout, c'est comme ça, ça s'en va et ça vient
et ça soulève des montagnes pour toucher le ciel pour rien

Laisse... la vie reprend ses droits, laisse glisser, laisse couler
laisse la couleur du sang t'abreuver de la vie qui va et vient
cette vie qui te revient
et les mains que l'on tient, et des yeux qu'on oublie
bleus de la vie, les bleus de nuit...

De nouveaux songes, de nouveaux rêves
et les mondes qui nous roulent
nous laissent des bleus, des bleus de nuit
des yeux qu'on oublie, les bleus de la vie

de la couleur du ciel...

à mon avis
Messages : 25
Enregistré le : 11 déc. 2017 13:34

Re: Bleus de nuit

Message non lu par à mon avis » 01 févr. 2018 17:27

joli poème, jolie chanson peut être.

Avatar du membre
Po3m
Messages : 104
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Re: Bleus de nuit

Message non lu par Po3m » 02 févr. 2018 10:49

Merci.

La vie vaut la peine d'être vécue
toutes les peines que tu as connu
ce que le monde porte et tout ce que tu n'as jamais vu
si tu crois être au bout, que ton heure est venue
que tu pleures, alors pleure : je pose autour de toi
cette écharpe pour que tu n'aies plus froid

Avatar du membre
Po3m
Messages : 104
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Re: Bleus de nuit

Message non lu par Po3m » 07 févr. 2018 20:37

Quand tu es dans le désert
que tu vois une silhouette humaine, au loin
tu lèves la main, sur le fond d'un air qui ondule
son visage, ses yeux, tu les devines entre les dunes
L'homme te salue sur ce monde

Bribes d'ailes et un peu de poésie, quelques chants
souffle de vie dans cet environnement mortel
Dans un désert, pas de mensonge
tu t'accordes à toi-même, à l'autre, tu vois vrai
tu te dévoiles ou tu meurs, c'est comme ça

Dans le désert, tu n'es plus un monstre de gloire
tu n'es plus individu de foire, tu es juste humain
et l'étranger qui te salue est ton semblable
et celui que tu devines, tu peux y croire
il pourrait bien avoir à te sauver la vie

Que viens tu chercher dans la brûlure du temps
sinon l'ami qui te salue sur ce monde ?

Avatar du membre
Po3m
Messages : 104
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Re: Bleus de nuit

Message non lu par Po3m » 09 févr. 2018 23:40

Où es tu mon étoile
quand les choses prennent le large
la beauté des paysages s'efface
sous les dunes, poussées par le vent
elles chantent comme un homme
chaque grain de sable sonne en roulant
la vibration du temps

Où es tu mon étoile
où es tu mon étoile, poussé par une voile
l'amour s'en va toujours, l'amour s'en va
l'amour de trop, l'amour

Où es tu, l'étoile
mon guide et l'ange gardien, l'ange
ta lumière met à jour mon ombre
dans la nuit, la grande, celle qui m'a pris la vie

Qui voulait nous voir grandir
qui voilait la voie pour m'engloutir en elle
me digérer entre ses ailes, dans ses entrailles
me prendre comme une plume pour s'envoler
une plume qui fut arrachée, qui dût tomber
tombe la plume, tombe

Où es tu mon étoile
où es tu mon étoile, poussé par une voix
le chant de la vie, de mon coeur de bohème
l'amour s'en va toujours, l'amour s'en va
l'amour de trop, l'amour en moins, l'amour

Magicienne cruelle, magie du quotidien
un tour et puis s'en va, virtuose virtuelle
tu composes et bats des ailes
Le tournoiement des songes, la dernière danse des anges
avant de disparaître dans l'histoire ordinaire
l'ordinaire, l'air d'un or
l'air de rien

Où es tu mon étoile
quand les choses prennent le large
la beauté des paysages s'efface
la vérité du désert avance à la surface
le vent brise le silence et me glace
chaque grain de sable roule
tout vibre d'une seule voix
les dunes chantent

Où es tu mon étoile ?

Avatar du membre
Po3m
Messages : 104
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Re: Bleus de nuit

Message non lu par Po3m » 10 févr. 2018 13:30

Il y a cette étoile, elle scintille dans la nuit
au-delà de mes doutes, cette étoile me poursuit
Elle éclaire mes espoirs, une nuée de poussières
elle dessine dans le noir quelques points de lumière

Plus rien ne l'arrête, c'est mon petit soleil
N'est-elle juste qu'un éclair, un éclat du passé à percer l'univers ?
A présent, comme surgie de nulle part, elle est bien là pourtant
où n'est-ce qu'une illusion ? Des souvenirs me hantent

Ces enfants de l'esprit, vagabonds qui se perdent
à trop croire, à trop faire, à parler dans le vent
On en laisse s'échapper par petites pincées
ces bambins de soi-même qu'on retient bien souvent

Pour se donner à croire en une vague liberté

Il y a cette étoile dans le ciel, dans nos soirs
elle me parle de la vie, me parle d'elle aussi
elle me parle de la fin tout au bout du chemin
elle me parle de ces germes qui font nos lendemains

"Il vaut mieux libérer de soi-même ce cri
qu'on ne cesse d'étouffer, parce qu'un jour on atteint
ce point de non-retour, ce jour où l'on finit
par oublier qu'on est là pour donner de la vie

De la joie, de l'amour et l'envie d'être soi
de la joie tout autour dans les rires et les pleurs
ces silences, ils nous parlent de ces mondes intérieurs...
Si tu entends ma voix c'est parce que tu es là

Et si tu m'entrevois, tes yeux sont ceux du coeur."
Modifié en dernier par Po3m le 17 févr. 2018 01:07, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Po3m
Messages : 104
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Re: Bleus de nuit

Message non lu par Po3m » 14 févr. 2018 19:29

Ce n'est pas facile. J'ai écris de nombreuses lignes sur l'amour mais va savoir pourquoi, je dépose celles-ci.


Le temps d'une histoire, on peut s'avoir
mais on ne peut pas savoir ce que l'amour en fera
la destinée de son fil tissée par le hasard
que l'on raconte, un monde possible que l'on verra passer
et ce qui passe parfois reste comme une trace au fond de soi
un temps présent qui nous abime un peu quand on y pense
on peut s'avoir le temps d'une histoire
mais on ne peut pas savoir si un amour durera
parfois, là où le silence se fait, où les baisers fleurissent
naissent les romances de printemps
entre ces lèvres qui se racontent comme les plus belles histoires
On peut s'avoir, un peu, beaucoup, passionnément et ce jusqu'à très tard
mais on ne peut pas savoir...


Bonne fête aux amoureux et très, très longue vie à vous.

Avatar du membre
Po3m
Messages : 104
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Re: Bleus de nuit

Message non lu par Po3m » 17 févr. 2018 19:02

Un papillon, il roule comme un tambour
il bat la mesure d'un temps qui s'écroule
dans la vie par les jours qui s'annoncent
comme la sève d'une blessure, coulent
les mots d'amour, les mots d'amour

Les mots d'amour qui nous chamboulent
dans la vie, dans les jours, dans le ventre
comme une boule dans la nuit, tournent
des ailes en dérive autour d'une île perdue
et des elles à suivre sur des ils éperdus

Une île au bout du monde où elle se pose
les ailes abimées par le voyage, étourdie
un homme à l'horizon qui se compose
la raison de la Terre prend entre ses mains
l'oiseau échoué, demoiselle en chagrin

Il l'emmène alors dans sa demeure
la soigne par la chaleur d'une présence
le feu d'un coeur en cette âme intérieure
cheminée où crépitent ces silences
le chant d'un ange où s'éteint la douleur

Elle s'éveille au matin, près de lui endormi
imagine tant de vagues amoureuses
comme un océan, elle le borde d'un bleu
l'observe, joyeuse, est-elle au paradis ?
Elle le réveille par un baiser délicieux

Et sur cette île, ils se racontent
les mots d'amour, les mots d'amour
nue, sur cet il, elle se dévoile
en mots d'amour, et puis s'envole.

Avatar du membre
Po3m
Messages : 104
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Re: Bleus de nuit

Message non lu par Po3m » 19 févr. 2018 13:32

Ce soir, le silence est un arôme
un café bien corsé qui tourne encore
il est fait pour tasser ma gueule de bois
il est noir, comme le reflet d'un autre temps
où les souvenirs s'évaporent

Mes lèvres brûlent, ça fait du bien
autrefois, tes baisers, tes mains
nos matins, ces petits riens
ta présence, nos silences, ton parfum
tout était bon dans notre jardin

Le silence est un arôme
qui prend le temps comme un écho
et mon état d'ébriété va jusqu'à ton pallier
puis je m'endors, recroquevillé contre ta porte
sans un mot, pas même un sanglot m'emporte

Dans un roman ou un poème, tu m'aurais ouvert
tu m'aurais pris un peu dans tes bras
pour me réconforter et me raccompagner
mais dans la vie, ce n'est pas comme dans mes vers
Les policiers m'ont réveillé, m'ont reconduit jusqu'à chez moi

Près de ma bouteille, je t'écris ce petit mot
avec un "Help !" à l'intérieur comme pour te la lancer
bien amer, un lancé qui ne sert à rien
c'est la jeter qu'il me faut pour ne plus m'y noyer
En attendant, mes lèvres brûlent... ça fait du bien.
Modifié en dernier par Po3m le 01 mars 2018 00:59, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Po3m
Messages : 104
Enregistré le : 01 févr. 2018 00:03

Re: Bleus de nuit

Message non lu par Po3m » 28 févr. 2018 15:55

Les étoiles nous filent
regarde, je les reconnais
elles ne cessent de nous suivre
elles ont du nous rêver

Nous, on danse sur un monde
qui fait perdre la boule

Je regarde le Ciel
je vois sur lui ces bleus
lui aussi en a vu
des nuages amoureux...

Puis je pense à la vie
j'aimerais quelques fois n'être
qu'une plume légère
qui tournoie sur ton souffle

Quand tu veux, tu passes
quand tu veux, on danse

Répondre