Pour être notifié de nouveaux messages, entrer dans un forum puis cliquer sur "S'abonner au forum" (+ infos)

Du confinement à la carotte...

La communauté des travailleurs sociaux se retrouvent sur Les forums du Social depuis plus de 20 ans pour échanger sur les concours, le métier, le diplôme, la formation, la sélection, le salaire, la carrière, les débouchés, la profession, etc.
SophieAnderson
Messages : 1
Inscription : 26 mai 2021 10:18

Re: Du confinement à la carotte...

Message non lu par SophieAnderson » 26 mai 2021 10:23

L'idée maîtresse de la philosophie du choix d'aujourd'hui est que nous sommes vraiment devenus les otages de la politique et de l'argent, ou dépendants de ceux qui en ont plus que nous, les gens ordinaires ...
Dernière modification par SophieAnderson le 28 mai 2021 09:19, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
NATTIE
Messages : 208
Inscription : 11 déc. 2017 07:41

Re: Du confinement à la carotte...

Message non lu par NATTIE » 26 mai 2021 14:44

Bonjour,

Les gens lambda ont aussi le choix d’être extraordinaires, qui les empêche et puis qui est exceptionnel ou pas, ce sont vos mesures subjectives !

Je pense que l’essentiel est de se sentir avancer selon ses envies, de se corriger , s’améliorer toujours par conviction de soi et de la Terre qui nous porte , de trouver du sens à son existence !

Bien sûr que de l’argent, il en faut, pour équitablement se donner des marges de manœuvre , se procurer des expériences et se permettre justement d’acquérir une autonomie pour se conformer à ce que l’on souhaite refléter, nous sommes chacun Maître de nos consommations avec une certaine réserve surtout maintenant et même « indirectement » de nos politiques !

Notre état d’esprit en étant enchaîné malgré nous d’un système peut agir pour un changement aussi minime pourra-t-il paraître !

Tout le monde semble aller dans le sens de la marche pourtant quelques uns prennent des cours différents, s’activent dans leurs militantismes ou convictions , il n’y a aucune fatalité à ressentir, de comparaison à émettre, chacun se prend en main dans son environnement pour l’adoucir avec ses états d’âme, tout en n’oubliant pas une vision de fraternité commune !

Fraternellement ! 😉

Avatar de l’utilisateur
NATTIE
Messages : 208
Inscription : 11 déc. 2017 07:41

Re: Du confinement à la carotte...

Message non lu par NATTIE » 12 juin 2021 15:10

Bonjour,

A celui qui nourrit le vivant Thierry C ,( maintenant dans l’anabolisme après le catabolisme comme il dit ) , vidéaste conspué bien souvent pour affirmer des cohérences dans cette parcelle de beaucoup de censures malgré tous les flow ouïs !

https://www.youtube.com/watch?v=CuchTuW2xEA

Po3m
Messages : 320
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Du confinement à la carotte...

Message non lu par Po3m » 16 juin 2021 00:47

Bonjour Nattie, ravi de vous lire.

Je suis abonné à sa chaine et j'ai pu prendre connaissance de sa (dernière) vidéo. En effet, c'est touchant.
Sincèrement, il présente et représente de nombreuses connaissances et je l'ai "découvert" lorsque je menais des recherches à propos de la myopie et je fus surpris de la thèse présentée, à savoir que la correction des verres est souvent mauvaise et contribue à allonger l'oeil donc à accroitre la myopie. J'ai mieux compris pourquoi je deviens de plus en plus myope avec le temps (ce qui contribue à générer d'autres maladies ophtalmiques). C'est bon à savoir même si je ne suis plus concerné par la solution proposée. C'est trop tard, il me faudrait plusieurs décennies pour inverser le processus et d'améliorer cette myopie.

La semaine dernière j'ai failli perdre mon oeil droit. Je me suis pris un petit morceau de verre au réveil... j'ai cru à un grain de poussière sur le coup. J'ai eu énormément de chance. Bien sûr c'est venu se planter dans l'oeil mais en évitant de me blesser la cornée... c'est passé sous la paupière en haut... bref jour même aux urgences ophtalmiques, ce fut extrait à l'aide d'un instrument type pince, j'ai plusieurs boites de collyres à mettre chaque jour.

La semaine d'avant, le vendredi 4 juin, quelques jours avant que Macron ne se prennent sa baffe, c'est moi qui me suis pris non pas une baffe, mais un poing, oeil gauche (venu s'écraser dans mon verre gauche puisque je porte des lunettes) et sincèrement, malgré le moment plus que tendu, je n'ai rien vu venir...

Contexte :

Le 4 juin, sur Reims, pluie diluvienne. En 1h est tombée 2 semaines de pluie. Des rues inondées.
Mais dans mon quartier, dans ce cas, ça ne se voit pas que Reims est inondé. On voit qu'il pleut fort, certes, mais on ne peut pas savoir sur le coup que la ville est inondée.

Je suis au 1er dans mon immeuble. Et CHAQUE FOIS que la ville est inondée, de l'eau s’infiltre dans mon appartement (pas bien grand donc ça va vite).
C'est en tout la 4ème fois que ça m'arrive. Mais en présence des "nouveaux voisins" c'est la seconde fois. Je vais tâcher d'être précis. Ces voisins, une famille, je n'ai jamais eu de problème avec. Mais ils ne sont pas commodes. Il y a 2/3 ans mon appartement était noyé (inondation générale de la ville suite à de fortes pluies) et ça n'était pas entré chez les voisins. Mais la voisine m'a alors clairement prévenu : que ça n'entre pas chez elle ! Ce qui m'a interloqué car je n'étais pas "fautif" pour un dégât des eaux d'origine naturel même si je ne comprends pas d'où vient l'eau (de l'extérieur, c'est sûr).

Donc vendredi 4 de ce mois, rebelote. Vers 15h ça commençait à tomber. Mais des pluies et des orages, il y en a et ces inondations sont très exceptionnels, donc loin d'être systématiques. Je me reposais. Vers 15h30 ça tambourine, je me lève et constate avec effroi mon sol... une piscine... sur tout l'appartement. J'ai d'abord mis à l'abri quelques affaires. J'ai ouvert environ 10mn après et confirmé que c'était bien noyé chez moi, et cette fois, chez eux aussi. Ils avaient de l'eau. Très énervés, mais elle surtout, attitude hystérique et dont il est impossible de créer le moindre dialogue.

Donc elle me fait savoir que ce n'est pas possible, que ce n'est pas la première fois me lance (en exagérant) "toutes les deux semaines" (ce qui est faux, c'est la première inondation chez eux et la dernière fois chez moi c'était il y a environ 2 ans) j'ai commencé par dire que je n'y pouvais rien directement, qu'ils n'avaient pas à être en colère directement après moi, et ce qui a très énervé monsieur, que j'annonce que je ne suis pas "responsable" (en fait, je voulais dire "fautif" mais l'adrénaline me fait commettre des erreurs sur le choix des mots), ce après quoi monsieur est venu à ma portée (moins d'1 mètre) en m'ordonnant de rentrer chez moi sur le champ, sinon il se verrait obligé de me "péter la gueule"... j'ai levé les mains (façon "haut les mains") les mains ouvertes au niveau du visage juste "au cas où" un poing partirait pour m'en protéger en disant (aux deux) de se calmer, puis j'ai annoncé que j'allais voir avec mon assurance, et enfin que j'allais rentrer, dont acte.

J'ai commencé à éponger partout, serviettes, couvertures, tout était bon pour boire un maximum d'eau. Mais moins de 5mn après, "elle" tambourine à nouveau à ma porte. Très hystérique elle m'annonce que si je n'ouvre pas de suite, qu'ils me défonceront ma porte. Dans ce cas, je "sais" qu'il ne faut (normalement) pas ouvrir. Mais c'était un dilemme. Car j'ai cerné la façon dont ils fonctionnent et je pressentais que ne pas ouvrir n'allait mener à rien de bon. Alors, j'ai ouvert.

La femme, plus petite mais très "massive" (sans aucun jugement) me dit d'abord, très en colère, en hurlant, que son petit garçon a glissé et est tombé... à cause de moi selon elle... puis s'en suit ce que je n'ai pas vu venir, le poing. Le coup fut rapide, un direct venu s'écraser dans mes lunettes côté oeil gauche. Le cou a basculé en arrière mais "sans mal", comme je fais des exercices, j'ai un certain gainage musculaire et si avec le recul, lorsque je "revisionne" la scène, clairement elle voulait vraiment m'envoyer valdinguer, je n'ai pas bougé. Mes lunettes sont juste tombées à mes pieds. Je me suis empressé de les ramasser, j'ai regardé si elles n'étaient pas cassées, puis les ai remises sur le nez. J'ai regardé la dame et j'ai juste lâché un "Allez, c'est bon..." en refermant la porte. Quelques gueulements puis s'est occupée à chasser l'eau de leur appartement.

Le week end est passé, et le lundi 6 juin, je suis allé à la Police pour déposer une main courante. J'avais omis de relever leur nom et donc la policière m'a dit "ça sera difficile de les convoquer si on ne connait pas leur nom" ce à quoi j'ai répondu que mon intention ici n'était pas de les faire convoquer, mais juste de laisser une trace de cet évènement, car j'ai reçu des menaces "pour la prochaine fois". J'ai juste dit qu'une prochaine fois, il est certain que ça tournera mal et évidemment auquel cas j'irai jusqu'à la plainte mais ici c'est juste pour laisser un précédent enregistré par la Police, à leur insu je préfère, pour éviter de leur part toutes représailles.

Depuis, je songe à déménager. De toute façon mon 16m², comment dire...
Je me revois courant 2007. Lors de ma 1ère visite. Ma gorge s'était nouée car je n'imaginais pas ce T1 si "petit". Mes chambres d'enfance étaient plus grandes, dans l'une de mes anciennes vies. J'avais refusé la 1ère proposition car aucune kitchenette, rien. Une entrée, en face les sanitaires, à droite le séjour. Et voilà. C'était mieux que rien, c'est sûr. Mais je voulais au moins un coin cuisine, même pas grand, juste pour me sentir "un peu plus" dans un quotidien sécurisant. J'ai été convoqué suite à mon 1er refus et la jeune femme qui suivait mon dossier m'a fait savoir que je n'aurai pas mieux et que si je devais refuser à nouveau, ça s'arrêtera là. Pour des logements dits sociaux, j'en ressortais étonné à l'époque. Donc j'ai accepté en me confortant dans l'idée que j'y resterai un an, deux maximum, pas plus. Je crois qu'en telle situation, tout le monde se dit ça au début. C'est provisoire, c'est temporaire. Comme le RSA, avant d'imploser et de perdurer dans cette situation, jamais on imagine "y rester".

Je prends des bases en self-defense, j'avais déjà quelques bases mais jamais travaillées très sérieusement. Ca change. Recevoir des menaces autant physiques que matérielles (dans mon 16m², c'est "toute ma vie" et j'y tiens) me sentir en danger, me fait agir car je prends très au sérieux ces menaces et je dois savoir "bien réagir" en cas de situation tendue et de menace physique imminente et ce n'est pas si simple pour moi, car la "phobie sociale" c'est particulier. C'est pourquoi j'ai re-visualisé cette scène avec les voisins pour me demander ce que j'ai pu "dire de mal", ou peut-être lancé un mauvais regard (sans m'en rendre compte donc sans réelle intention) etc...

Bon, je me lance dans le Jeet Kun Do "la voie du poing qui intercepte"... dans l'intention non pas de blesser mais de maîtriser. Le but de cette discipline est l'art d'une défense très offensive type "combat éclair", le plus bref possible. Le souci, c'est que ces techniques doivent être contextualisées, un voisin on va éviter de le frapper, on va plutôt chercher à le mener au sol pour l'immobiliser et l'obliger à se calmer.

J'ai perdu mon "micro" dans l'inondation. Je n'ai pas retesté depuis si ça tombe il refonctionne, je verrai bien.
Mais j'aurais bien répondu à quelques messages précédents. Notamment celui sur le cerveau / réseaux. En parlant un peu du quantique.
J'y reviendrai.

Po3m
Messages : 320
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Du confinement à la carotte...

Message non lu par Po3m » 17 juin 2021 11:43

Pour faire suite, jeudi, vendredi et les jours suivants sont attendus des orages.
Je me prépare "au cas où" ça inonderait à nouveau. Toutes mes affaires ou quasiment se trouvaient déjà en hauteur.
Mais ce sont les voisins qui posent problème, un couple dont le "papa" est le genre d'homme fier de montrer à ses enfants comment on dévisse la tête d'un autre monsieur. Du coup, je m'y prépare. Mais vitesse grand V. Je ne peux pas étudier en condition réelle. Je prends les bases pour "saisir" (suite à stopper un ou des coups) si je veux appliquer la défense la plus offensive qui soit il est impossible de ne pas donner de coups (car le principe du Jeet Kun Do, c'est que chaque geste, y compris ceux qui bloquent ou parent, sont des gestes d'attaques, bloquer revient à frapper dans le même temps) mais cette approche n'est pas une obligation. Il est possible comme sur les captures cam jointes, de présenter son coude dans le même temps que l'adversaire lance un poing, le but est que le poing vienne s'écraser dans le coude ce qui peut occasionner jusqu'à fracturer les doigts (selon la force de l'impact) le Jeet Kun Do c'est utiliser la force de l'adversaire pour la retourner contre lui. La deuxième capture présente un blocage particulier qui protège dans le cas d'un direct ou d'un crochet. Mais il faut avancer et non reculer durant l'exécution rentrer la tête baisser le menton. Dans le principe, je n'ouvrirai pas la porte cette fois-ci, car c'est une certitude, le voisin est déterminé à en découdre physiquement avec moi en cas de prochaine fois. MAIS ce qui est sûr également, c'est qu'ils voudront défoncer ma porte d'entrée (j'ai été prévenu) si je n'ouvre pas. Je prévois donc d'appeler la Police mais je sais qu'ils ne viendront pas sur place rapidement (si la ville est inondée, les pompiers comme la police sont "appelés partout", impossible de répondre à toutes les sollicitations). Je me prépare donc à l'éventualité d'avoir la porte fracassée auquel cas si le "papa" se saisit d'un outil donc d'une arme pour se faire, je dois trouver la bonne solution. La chose à laquelle je songe, c'est de ne pas attendre qu'il aille chercher une masse mais de surgir rapidement, fermer la porte à clé derrière moi (le plus rapidement possible) et de sortir du bâtiment. Voyant si le "papa" me suit ou non. Au pire des cas bien sûr je me défendrai, et la police est juste à côté. Avec l'espoir qu'il se pète la main contre un coude...

Voilà socialement en ce moment où j'en suis. Je ne suis vraiment pas doué avec les gens...

Po3m
Messages : 320
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Du confinement à la carotte...

Message non lu par Po3m » 20 juin 2021 14:35

Bonjour,

Pensées à tous ceux qui ont connu des problèmes à cause de l'orage hier et ce n'est pas fini, ça devrait revenir d'ici 2h par chez moi.
Je n'ai jamais eu une noyade si importante, je n'en voyais pas le bout et je suis toujours dedans.
Les voisins ont enfin compris que je ne craque pas le ciel et un mea culpa du papa. En effet, le 4 juin sur le coup ils n'ont pas pris la mesure de la situation et ignoraient que c'est toute la ville qui était concernée, ont eu des échos similaires venant de leurs proches. Ils m'ont même prêté une raclette pour que ça aille plus vite plutôt que d'essorer au sol/sceau.

Je n'y croyais pas car je me préparais au pire côté humain. Bon, la maman ne s'est pas excusée pour son geste, mais elle m'a un peu aidé à évacuer l'eau à l'entrée de chez moi, mon appart complètement inondé. Actuellement, ça ne ressemble plus à rien, un bureau déplacé, affaires partout.
La société chargée du service entretien/dépannage/urgence est prévenue. Nous sommes un dimanche donc ils viendront probablement demain.
Je crois que le pire côté intempéries n'est pas encore passé. J'ai fait usage d'une large bande adhésive waterproof car j'ai des soupçons quant à l'origine de l'infiltration de cette eau. Cela viendrait d'une fissure du bâtiment et d'un encadrement de fenêtre qui va jusqu'au quasi-sol. J'espère que ça ne concerne que cet endroit (pour chez moi en tout cas) mais j'ai des doutes. Solution de fortune en attendant, en espérant que mon diagnostic soit juste et que les bandes jouent leur rôle.

Image

C'est exactement ceci que j'ai utilisé pour colmater plaintes et bordures en bas.
Petit regret, je ne peux pas en mettre tout au long du mur. Du mobilier est actuellement indéplaçable, ayant déjà bougé des choses pour accéder à la fenêtre. Vu que la tension du voisinage est évacuée, car nous ferons les déclarations communes côté assurances, me reste la pression d'une probable autre noyade à venir. C'est la 1ère année où elles sont successives. J'espère profiter (quelque part) de ces évènements malheureux pour déménager plus facilement. En attendant je tâche de préserver l'essentiel de mes affaires. Surtout informatique... c'est plus que matériel pour moi, ce sont mes outils.

Bon courage à ceux qui doivent faire face à ces intempéries.
Dernière modification par Po3m le 20 juin 2021 15:02, modifié 1 fois.

Po3m
Messages : 320
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Du confinement à la carotte...

Message non lu par Po3m » 20 juin 2021 14:54

Sol2.jpg
Sol2.jpg (39.47 Kio) Consulté 812 fois
Sol1.jpg
Sol1.jpg (42.51 Kio) Consulté 812 fois


Lieu où se trouvait un bureau donc dsl avec l'inondation c'est un peu sale mais je nettoie.
Juste pour aperçu du lieu où "j'espère" l'origine vient de là, et uniquement de là pour chez moi, ce dont je doute.
Et bien plus qu'à croiser les doigts.

Avatar de l’utilisateur
NATTIE
Messages : 208
Inscription : 11 déc. 2017 07:41

Re: Du confinement à la carotte...

Message non lu par NATTIE » 22 juin 2021 16:54

Bonjour Po3m ,

J’espère que vous tenez le choc face aux pluies torrentielles toujours présentes vers chez vous !

Nous vous envoyons infiniment des pensées positives et effectivement vous nous aviez déjà évoqué une envie, un besoin de déménagement, des fois les circonstances nous mettent devant des faits accomplis , vous ne croyez pas ?

https://www.youtube.com/watch?v=Uy_ApDmnR-8

Le timbre de sa voix me fait penser au vôtre 😉 , j’ai même imaginé que c’était Vous puisque l’idée d’une chaîne YT vous tentez l’esprit il y a quelques mois dans nos différentes réflexions et nos diverses circonvolutions !🦋
À votre Volonté !!!! 🍀

Po3m
Messages : 320
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Du confinement à la carotte...

Message non lu par Po3m » 26 juil. 2021 22:35

Un bonsoir,

Tout d'abord merci Nattie, même si je réponds tardivement.

Cette année est vraiment un trou pour moi. Mais je n'irai pas plus loin dans le propos, sauf que oui la volonté, je ne dois plus m'accrocher qu'à ça.

Oui, les évènements peuvent précipiter...

Alors, j'espère et souhaite que les choses se passent au mieux pour vous, et aussi les personnes que j'eus plaisir à croiser ici.

J'ignore si finalement vous subissez cette contrainte due à l'obligation vaccinale (dans vos professions) et vous souhaite la meilleure issue possible, face à cette austérité politique dans cette crise sanitaire où finalement la crise sociale et politique s'y sont glissées.

Pour le déménagement, pour l'heure, c'est très mal parti. Beaucoup de complications dont je passe les détails.
De plus, je n'ai pas vu (de suite) une infiltration plafond qui s'est révélée durant les inondations. L'assurance renvoyait à la responsabilité du bailleur (logeur social), mais ce dernier ne reconnaît pas sa responsabilité et affirme que c'est un dégât des eaux venant du voisin du dessus et donc que c'est à régler à l'amiable entre voisins avec nos assurances respectives (je l'ai appris aujourd'hui car reçu une visite d'une représentante du bailleur ce jour). Pour moi, ça tient surtout à la vétusté de l'immeuble, pourtant. Mais ça, ils ne semblent pas le reconnaître (alors que durant les orages notamment celui du 19, plusieurs appartements de l'immeuble étaient inondés, même dans les étages). C'est bête car comme j'ai cette satanée "phobie (sociale)" ça me bloque, les mots ne sortent pas donc même ça je n'ai pas pu le dire (émotif+stress=pas bon). Bref, durant cette visite, je me suis fait "découper" en règle. Elle a appelé au tél une 2ème personne qui est arrivée en 3 mn, preuve qu'elle attendait en bas (et que c'était convenu par avance). A deux, elles ont joué la carte de l'intimidation. Et dans ma situation "précaire" et vu la petitesse de mon appart (où tout est très "entassé" mais c'est normal, et je n'ai pas de cuisine, j'ai du improviser une kitchinette) forcément je ne peux pas faire de miracle. On ne va quand même pas me demander de me débarrasser de mes affaires d'une vie dont beaucoup de matière à projet, et bien si, on a osé me le dire. J'ai donné à comprendre que ce n'était "qu'un effet d'optique" (je n'ai pas dit ça comme ça mais presque) car dans 16 m², je n'ai pas grand chose mais c'est déjà trop. J'ai donné à comprendre que si c'était "un vrai appartement" forcément ça serait tenu autrement, mais là impossible. Je ne suis pas un étudiant (dont l'ensemble de ses affaires sont pour beaucoup encore chez papa maman, dans ces conditions c'est facile d'avoir un lit bureau chaise placard et c'est tout, pour un étudiant). Je ne l'ai pas dit ça : mais essayez de vivre dans ces conditions plusieurs années, d'en faire un appartement. Je suis désolé, à 45 ans on ne va pas se retrouver dans un endroit spartiate comme un étudiant. Bien c'est ce qui est désiré j'ai l'impression : rien à fiche de mes affaires (mais ça je le sais déjà qu'on se fiche bien de ce que les gens "ont" mais lorsqu'il s'agit de leur pomme...). Désolé, j'exprime une colère mais légère. Je n'ai rien contre les gens qui ne font que leur travail. J'estime pourtant qu'il y a pire et que en l'état chez moi ce n'est pas trop mal tenu "vues les conditions".

Mais voilà, c'est le serpent qui se mord la queue. Je ne peux avoir "mieux" car vu que je n'arrive pas à accomplir de miracle dans ce qu'on m'a proposé, j'y suis condamné (pour faire simple) à y rester. D'une part.

D'autre part, l'histoire du plafond et vu que je pensais que ça venait de l'orage et selon elles, non, et que ce serait une histoire à voir avec mon voisin du dessus, mais vu le délais... je doute que mon assurance veuille fonctionner. Coût des travaux ? Ca peut chiffrer à plusieurs milliers d'€, surtout que ça touche au bâtiment, que ça semble être craqué de partout. Je doute même que le voisin du dessus y soit également pour quelque chose.

Voilà, il fallait que je sorte ma déprime de ce soir. C'est si facile d'enfermer quelqu'un dans la case Cassos...
Là oui je sais pour quoi je suis passé.

Bonne soirée, portez vous bien.

Po3m
Messages : 320
Inscription : 01 févr. 2018 00:03

Re: Du confinement à la carotte...

Message non lu par Po3m » 01 août 2021 02:17

J'angoisse car de lundi à mardi, disons surtout mardi en fait, sera atteint sur Reims le "pic" pluvieux de la semaine...
Avec un taux d'humidité annoncé jusqu'à 95%...

Le 28 juillet, la société d'entretien/réparation devait passer en matinée. Personne.
J'appelle, il serait passé la veille. Le RDV aurait été avancé d'un jour entre temps. Personne ne m'a prévenu.
Mais que se passe-t-il ? Je les enchaîne cette année. Et je ne parle pas de mon bras gauche car on va croire que je ne fais que me plaindre.
Non, j'en parlerai une prochaine fois, tiens. Le pire, je suis gaucher... pour le meilleur.

Donc du coup, comme ça reporte le RDV (pour réparation fenêtre afin d'éviter de prochaines inondations sinon ce serait ballot) à octobre... mais comme ils ont omis de me prévenir et que je suis de bonne fois (eux me croient) la responsable m'appellera (en numéro masqué) pour me proposer un rdv plus tôt... normalement.

Et le plafond SDB ? Et bien,...
D'une part, ce fut une surprise pour moi de découvrir ces fissures suite aux orages. Car le papier rempli d'eau s'est déchiré (enfin je l'ai aidé pour que l'eau s'écoule plus facilement et surtout au dessus de la baignoire). La personne (qui représentait le bailleur) qui est venue me rendre visite ne m'a pas cru. Ca fait vraiment mal. Son comportement était très humiliant, sur toute la ligne. Et bien soigneusement, elle a omis de prononcer un mot, le rendant pour le coup tabou : la vétusté. Apparemment, pour elle ça n'existe pas. Bon. Elle débute, je ne lui en veux pas. Mais à un moment, face à la loi, ça existe. Du coup, bien, je suis dans mon bon droit. Du moins d'un point de vue légal.

Je suis allé évidemment voir le voisin du dessus, et... surprise... mais je n'en dirai pas davantage.

Et je vais quand même revenir dans le sujet.
J'en ai maclaque de la loi de Murphy, merdes sur merdes...

Répondre